Avis littéraire : Summer Mélodie, de David Nicholls

Bonjour les lecteurs,

Je vus retrouve aujourd’hui pour vous parler d’un roman que j’ai lu il y a quand même un petit moment. Je ne vais pas vous mentir, je lis plus vite que je n’écris mes chroniques, et parfois, même souvent, je préfère lire que d’écrire mes chroniques…

Voici donc mon avis sur le dernier roman de David Nicholls, Summer Mélodie, paru le 28 mai 2020 aux éditions Belfond.

Le résumé…

« On n’oublie jamais son premier amour…

Été 97. Les frères Gallagher chantent toujours ensemble, Lady Di vit ses derniers jours et Charlie Lewis, 16 ans, vient de finir ses années lycée. Le temps s’étire lentement entre la miteuse station-service où il officie quelques heures par semaine, ses balades à vélo dans la campagne et ses soirées avec son paternel dépressif.
Mais une rencontre va tout changer. Fran Fisher, une beauté céleste, incandescente ; une tornade d’énergie et de charisme, qu’il croise un beau jour, au beau milieu d’un champ où il lit distraitement. Le coup de foudre est immédiat – pour lui, en tout cas. Comment la revoir ? Comment attirer son attention ? Tout ce que Charlie sait, c’est que Fran fait partie d’une troupe de théâtre amateur. La solution est évidente : Charlie doit se lancer sur les planches !

Jusqu’où le timide Charlie est-il prêt à aller pour conquérir le cœur de la belle ? Lui, le boy next door au jean troué, à la bande de copains sympa mais ô combien bruyante, qui n’a jamais déclamer autre chose que le menu du traiteur chinois, pourra-t-il jamais rivaliser avec les apprentis comédiens shakespeariens ? Osera-t-il seulement s’y confronter ?

Été 97. Pour Charlie Lewis, tout devient possible… »

Voici le résumé que vous pouvez trouver sur le site des éditions Belfond.

Mon avis sur ce roman…

Je sais que pour pas mal de lecteurs, David Nicholls rime surtout avec le roman Un jour. Je l’ai d’ailleurs dans ma bibliothèque mais je ne l’ai pas encore lu. Je le garde désormais bien au chaud après découvert son style très agréable avec Summer Mélodie.

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, je suis mitigée. Si l’intrigue de manière globale m’a beaucoup plu, j’ai trouvé que ça tirait très souvent en longueur, et c’est en ça que j’ai quelques retenues.

Sur les 500 pages que fait ce roman, une bonne centaine aurait pu être enlevée. Ou alors c’est moi qui n’ai pas réussi à en apprécier le sens préférant aller à l’essentiel, c’est bien possible. C’est pour cela que cette remarque est souvent à prendre des pincettes.

Parce que oui, sinon, j’ai bien aimé. J’ai aimé accompagné cet ado un peu maladroit à faire les expériences de la vie amoureuse. J’ai aimé sa sensibilité, le fait aussi que ses copains ne devaient pas trop savoir que lui, une sorte de gros dur, faisait du théâtre l’été pour épater une fille…

Charlie. Le roman retient sur lui. Il se souvient. Il fait parfois le parallèle avec sa vie de maintenant, se rappelant ses premiers émois, mais aussi son premier gros coup de coeur.

Néanmoins, j’ai dit plus haut que je trouvais l’ensemble un peu long, hormis donc les plusieurs passages qui tirent en longueur, le rythme est bon. La plume de David Nicholls est fluide, très moderne et certains passages vous feront même sourire, voire rire.

Si vous voulez faire un petit retour à l’été 1997, en Angleterre, n’hésitez pas. Et si en plus, vous connaissez déjà l’univers de Nicholls, ce roman pourrait bel et bien vous plaire 🙂

N’hésitez pas à me le dire d’ailleurs.

Très belles lecture à vous, et à très vite,

F.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *