les 5 meilleurs livres de Paul Auster 

Quel est le meilleur livre de Paul Auster  en 2024 ? Découvrez nos 5 sélections

Sommaire

Paul Auster est un écrivain américain qui a acquis une réputation internationale grâce à son style unique et à ses histoires captivantes. Il a écrit de nombreux romans, nouvelles et poèmes au cours de sa carrière prolifique. Il est considéré comme l’un des auteurs les plus importants de la littérature américaine contemporaine et a remporté de nombreux prix littéraires pour ses œuvres. Il est connu pour ses histoires métafictives, qui jouent souvent avec les idées de réalité et de fiction.

Il est difficile de choisir le meilleur livre de Paul Auster car chacun de ses romans a sa propre histoire unique et captivante. Cependant, certains de ses livres ont été particulièrement salués par la critique et ont acquis une grande popularité auprès des lecteurs. Pour ceux qui cherchent à découvrir l’écriture de Paul Auster, nous avons sélectionné 5 de ses œuvres les plus remarquables.

Ces livres ont été choisis pour leur style écriture, pour la profondeur des personnages, pour l’intrigue captivante et pour la manière dont ils abordent les thèmes universels tels que l’identité, la mémoire, la réalité et la fiction. Ils sont tous des exemples de l’écriture incroyablement talentueuse de Paul Auster et montrent pourquoi il est considéré comme l’un des auteurs les plus importants de notre temps.

Notre sélection n°1

Moon Palace

Paul Auster

Présentation de Moon Palace

Dans « Moon Palace », Marco Stanley Fogg partage les événements étranges qui ont jalonné sa vie. Il décrit son arrivée à New York en 1965 et les sept années qui ont suivi, jusqu’à ce qu’il découvre l’identité de son père juste à temps pour assister à son enterrement.

Au cours de cette période, il évoque ses amours, ses rencontres et les différents moments de misère et d’errance qui ont jalonné son parcours. Ces expériences forment le matériau d’un roman d’aventures captivant, mais elles sont également les étapes d’un voyage initiatique au coeur de la solitude et de la déréliction.

Notre avis de Moon Palace

Il décrit avec une finesse remarquable les rebondissements de l'histoire, qui s'entrelacent harmonieusement avec des éléments autobiographiques évoquant les débuts difficiles d'un écrivain de renommée mondiale. La description de la vie, ou plutôt de la survie, dans les rues et les parcs de New York du héros, Marco Stanley Fogg, est particulièrement émouvante.

Les thèmes chers à Auster, tels que la recherche de l'identité et la solitude, sont omniprésents dans l'œuvre, tout comme les synchronicités qui parsèment la vie de Marco.

J'ai été transporté dans un univers familial étrange, où la description de la faim est saisissante. Bien que ce ne soit pas mon roman préféré de Paul Auster, j'ai été captivé par la vie de Marco Stanley Fogg. Il est plongé dans une exploration de soi et une quête d'identité, entouré d'une grande ville qui le dépasse, entre nihilisme esthétique et nonchalance suicidaire. Mais contrairement à d'autres héros d'Auster, il est sauvé par des rencontres imprévues et improbables qui l'aident à se reprendre en main.

De Neil Armstrong à l'enseigne du Moon Palace, des clairs de lune de Blakelock au crâne chauve et brillant de Salomon, notre lunatique héros mène sa quête d'identité et de sens dans un vaste désert affectif où l'amitié et l'amour ne sont pas assez solides et durables face à la spirale de ses maladresses. Pour une fois, Auster sort ses héros de New York et les emmène dans un voyage initiatique vers l'ouest américain, à travers les paysages peints par Ralph Albert Blakelock et Thomas Moran. Ce livre est l'équivalent littéraire du disque de Pink Floyd déclinant en 9 thèmes tout ce qui peut conduire l'être humain à la folie.
"Moon Palace" est un roman de Paul Auster qui se démarque tout en restant fidèle à ses thèmes et à son style.

Notre sélection n°2

Trilogie new-yorkaise

Paul Auster

Présentation de Trilogie new-yorkaise

Dans « Moon Palace », Marco Stanley Fogg partage les événements étranges qui ont jalonné sa vie. Il décrit son arrivée à New York en 1965 et les sept années qui ont suivi, jusqu’à ce qu’il découvre l’identité de son père juste à temps pour assister à son enterrement.

Au cours de cette période, il évoque ses amours, ses rencontres et les différents moments de misère et d’errance qui ont jalonné son parcours. Ces expériences forment le matériau d’un roman d’aventures captivant, mais elles sont également les étapes d’un voyage initiatique au coeur de la solitude et de la déréliction.

Notre avis de Trilogie new-yorkaise

On est immédiatement captivé par cette atmosphère de mystère et de solitude, qui se mêlent à la vie quotidienne de la ville.

Dès les premières pages, on est transporté dans un univers où les personnages sont dominés par le hasard et la contingence, comme s'ils étaient prisonniers d'un destin qui leur échappe. Leur quotidien, "rien de plus que la somme de faits aléatoires", semble être gouverné par une force supérieure, que l'auteur attribue à la chute originelle.

Le style d'écriture est à la fois poétique et minutieux, chaque mot semble avoir été choisi avec soin pour créer une atmosphère à la fois sombre et intrigante. Les thèmes abordés sont profonds et métaphysiques, tels que la solitude, la quête d'identité et la perte de la communication.

Les personnages, tous des "inadaptés", comme Kaspar Hauser, sont en quête d'un sens à leur existence, mais ils sont condamnés à errer dans les rues de New York, comme dans un labyrinthe, à la recherche d'un langage qui leur permettraient de comprendre leur place dans le monde.

Au fil des pages, on est tenu en haleine par cette enquête métaphysique, qui nous emmène dans les profondeurs de l'âme humaine. "Trilogie new-yorkaise" est un livre captivant qui nous plonge dans les tourments de l'existence et nous offre une réflexion profonde sur l'humanité.

Notre sélection n°3

4 3 2 1

Paul Auster

Présentation de 4 3 2 1

Dans « 4 3 2 1 », Paul Auster raconte l’histoire d’un immigrant nommé Isaac Reznikoff qui quitte Minsk avec 100 roubles cousus dans sa veste, traverse Varsovie, Berlin, Hambourg, et embarque sur un navire pour New York au tout début du XXe siècle. A Ellis Island, il est rebaptisé Ferguson.

A travers quatre variations biographiques, Auster décrit les parcours de quatre possibilités de vie du petit-fils de Ferguson, chacun traversant l’histoire américaine des années 1950 et 1960. Les quatre versions du personnage sont des contemporains de l’auteur lui-même, et Auster raconte leurs histoires avec plaisir, ce qui en fait l’un des romanciers les plus célèbres de notre temps.

Notre avis de 4 3 2 1

Les avis que j'avais lus laissaient entendre que le roman, avec ses plus de 1000 pages, pourrait s'avérer épuisant. Je dois dire que j'ai été agréablement surpris. La fluidité de l'écriture, le long phrasé, l'action permanente et pourtant la quasi absence de scènes et de dialogues, ont tous contribué à me faire oublier la longueur du roman.

L'intrigue, qui suit les vies de quelques personnages sans accident, fondamental, sans crise extraordinaire, sans rien de notable, est décrite à travers quatre versions différentes. C'est cette mise en parallèle des histoires, les interférences des récits et les effets de sens que j'ai trouvé passionnant. Les descriptions, notamment celles du base-ball, ont également ajouté une dimension exotique à la lecture.

C'est une oeuvre magistrale, qui parle de la vie d'une personne en quatre options, et qui utilise habilement la technique de James Joyce. C'est une expérience de lecture unique qui m'a fait réfléchir sur la vie et les choix que nous faisons.

Notre sélection n°4

Léviathan

Paul Auster

Présentation de Léviathan

Dans « Léviathan », Paul Auster raconte l’histoire de Ben Sachs, un écrivain qui est hanté par la menace du mal dans le monde en général et en Amérique en particulier. Il ne peut pas terminer le roman qu’il a commencé, « Leviathan », car son engagement dans une action terroriste se retourne contre lui.

Son ami, Peter Aaron, décide de reconstituer et d’écrire l’histoire de Sachs pour prévenir les mensonges des enquêteurs. A travers cette reconstitution, Auster ouvre des pistes étranges et présente des personnages curieux qui, grâce au talent unique de l’auteur, deviennent des figures du destin. Ce livre a remporté le Prix Médicis étranger en 1993.

Notre avis de Léviathan

La première phrase, "Six jours auparavant, un homme s'est fait sauter au bord d'une route", annonce d'emblée la tonalité mélancolique et introspective de l'œuvre.

Avec sa plume poétique, Auster dépeint avec finesse les tourments existentiels de son personnage principal, un écrivain en quête d'identité et de sens, qui se perd dans les méandres de sa propre création. Les thèmes récurrents de l'auteur, tels que l'identité, l'écriture et l'art, la métafiction, la politique personnelle et le destin, sont ici abordés de manière subtile et originale, donnant naissance à une œuvre complexe et profonde.

Les personnages secondaires, tels que les amis et les amours du protagoniste, apportent une dimension supplémentaire à l'intrigue, leur point de vue extérieur permettant de saisir les enjeux de l'histoire sous un autre angle. Le décor de New York, où se déroule l'essentiel de l'action, est dépeint avec justesse et poésie, renforçant encore la dimension introspective de l'œuvre.

"Léviathan" est un roman qui m'a transporté, tant par sa force narrative que par la profondeur de sa réflexion. Bien que moins abouti que certains autres romans d'Auster, il reste un ouvrage remarquable, qui m'a laissé un souvenir impérissable. Je le conseille à tous les amoureux de la littérature, et aux nouveaux lecteurs d'Auster, je leur recommande de débuter par "Brooklyn Follies" ou la trilogie new-yorkaise. Un livre à dévorer d'une traite, dont on ne peut sortir indemne.

Notre sélection n°5

Sunset Park

Paul Auster

Présentation de Sunset Park

« Sunset Park » est un roman peuplé de personnages qui sont tous touchés par des traumatismes profonds. L’histoire explore les conséquences dévastatrices de ces traumatismes lorsqu’ils sont réveillés par les évolutions brutales des sociétés matérialistes contemporaines. Il montre comment, sept ans après la destruction des Twin Towers, la crise des subprimes a porté un coup supplémentaire au rêve américain et a obligé les personnages à réviser radicalement leur propre histoire.

Notre avis de Sunset Park

Les mots de l'auteur, comme des pinceaux, dessinent les contours d'une réalité alternative, où la cupidité règne en maître et où les espoirs sont vains.

Les personnages, tous attachants à leur manière, sont bousculés par les événements et tentent de garder la tête haute malgré tout. L'atmosphère new-yorkaise est palpable, comme une présence constante qui accompagne les personnages dans leur quotidien.

La qualité de l'écriture est remarquable, tout en finesse et en subtilité, elle m'a parfois contraint à relire certains passages pour saisir toute leur portée. Cependant, cette exigence n'a fait qu'accroître mon plaisir de lecture.

La chute brutale de l'histoire, qui vient mettre fin aux espoirs entrevus au fil de la narration, est à la fois déroutante et inquiétante, comme si la fatalité finissait toujours par l'emporter sur le courage et l'intelligence.

"Sunset Park" est un roman qui mérite d'être lu. Il pose avec pertinence les question de la vie des jeunes générations d'aujourd'hui, entre précarité, combat social et perte d'espoir d'une jeunesse éduquée. Je le recommande vivement à tous ceux qui apprécient la littérature de qualité et qui cherchent à comprendre les enjeux de notre société actuelle.

Le mot de la fin​

Paul Auster est un écrivain américain de renom, considéré comme une figure centrale de la scène culturelle new-yorkaise et une référence de la littérature postmoderne. Il a débuté sa carrière en écrivant des articles pour des revues et en travaillant sur un pétrolier. Il a ensuite passé trois ans en France où il a vécu de ses traductions et écrit des poèmes et des pièces de théâtre en un acte. Il a également publié un roman policier sous le pseudonyme de Paul Benjamin.

Son premier ouvrage majeur est une autobiographie « L’Invention de la solitude », écrite après la mort de son père. Cependant, c’est avec « Cité de verre », premier volume de la « Trilogie new-yorkaise », qu’il s’est imposé comme un auteur incontournable de la littérature américaine. Il a ensuite publié des romans majeurs tels que « Moon Palace » et « Léviathan » (Prix Médicis étranger). Il a également écrit des scénarios de films et réalisé des films, notamment « Smoke » et « Brooklyn Boogie ».

Marié puis séparé de l’écrivain Lydia Davis, il s’est remarié en 1981 avec une autre romancière, Siri Hustvedt. Il a deux enfants également artistes, le photographe Daniel Auster et la chanteuse Sophie Auster.

Il a reçu de nombreux prix pour l’ensemble de son oeuvre, notamment le Prix Prince des Asturies en 2006 et le Commandeur de l’ordre des Arts et des Lettres en 2007. Il a récemment achevé un marathon d’écriture de plus de trois années consacrées à la rédaction d’un roman de 925 pages, « 4 3 2 1 », qui est sorti en début d’année 2017.

Partager cet article
Laisser un commentaire
Optimized by Optimole