les 3 meilleures BD de Jean Dufaux

Quel est la meilleure BD de Jean Dufaux ? Découvrez nos 3 sélections

Sommaire

Les bandes dessinées de Jean Dufaux sont reconnues pour leur qualité narrative et leur univers riche en personnages complexes. Il a écrit de nombreuses séries qui ont marqué les esprits des amateurs de BD, mais quelles sont les meilleures ? Pour répondre à cette question, nous avons sélectionné trois livres qui, selon nous, représentent le meilleur de l’oeuvre de Jean Dufaux.

Tout d’abord, il y a la série « Murena », co-écrite avec Philippe Delaby. Cette série historique nous plonge dans l’univers de l’Empire romain, suivant les aventures d’un général qui doit naviguer les intrigues de la cour impériale. Le scénario est dense et les personnages sont hauts en couleur, offrant une plongée immersif dans l’époque.

Ensuite, il y a « Djinn », une série fantastique qui suit les aventures d’un djinn qui se réveille après des siècles de sommeil pour retrouver sa place dans un monde qui a évolué sans lui. Le récit est riche en rebondissements et les personnages sont attachants, offrant une histoire captivante qui se déroule à travers les époques.

Enfin, il y a « La Confrérie des lames », une série de fantasy qui suit les aventures d’un groupe de guerriers qui se battent pour protéger leur royaume contre les forces du mal. Le scénario est épique et les personnages sont complexes, offrant une histoire passionnante qui mêle action et réflexion.

Ces trois séries sont des exemples de l’excellence narrative de Jean Dufaux, et chacune d’elles offre une expérience de lecture unique.

Notre sélection n°1

Murena, tome 1 : La Pourpre et l'Or

Philippe Delaby

Présentation de Murena, tome 1 : La Pourpre et l'Or

En Mai 54, la chaleur est accablante à Rome, et les quelques gladiateurs qui se battent encore dans l’arène ne divertissent plus personne, sauf l'empereur Claude qui est assis dans les gradins déserts, impatient d’entendre le dernier souffle du dernier combattant.

Mais la vie en dehors de l’arène est tout aussi féroce. Tout le monde convoite le pouvoir et est prêt à tuer pour l’obtenir. Agrippine, la seconde femme de Claude et mère de Néron, par exemple, est en train de faire fabriquer un poison pour tuer son époux. Maintenant qu’il a reconnu son fils Néron, il peut mourir pour que Néron prenne sa place sur le trône. Il faut faire vite car Claude parle de répudier Agrippine et d’épouser la femme qu’il aime, Lolia Paulina, mère de Lucius Murena. Malheureusement, Lolia est dans le collimateur d’Agrippine et n’a aucune chance de s’en sortir indemne.

Finalement, Claude mourra empoisonné et son fils Britannicus sera écarté du pouvoir au profit de Néron. C’est l’histoire de Rome telle qu’on nous la raconte dans les manuels scolaires, mais elle prend ici une tournure surprenante : pleine de superstitions, de trahisons, de terreur et de violence.

Notre avis de Murena, tome 1 : La Pourpre et l'Or

Conçue par Jean Dufaux et illustrée par les magnifiques dessins de Philippe Delaby, cette bande dessinée historique plonge le lecteur dans l'univers impérial de l'Antiquité romaine, au temps des Julio-Claudiens, plus précisément entre 54 et 68, au moment où Néron est empereur.

Les éléments scénaristiques ajoutés par Jean Dufaux sont parfaitement intégrés à la matière historique, offrant une vision réaliste de l'époque, marquée par l'opportunisme politique et financier, la corruption, la trahison, la débauche et les meurtres. Les personnages, finement travaillés, ont tous une personnalité étudiée d'après des recherches minutieuses de l'auteur, ce qui donne une réelle densité à l'histoire.

Les illustrations de Philippe Delaby sont tout simplement admirables, mettant en valeur les corps avec une esthétique différente, la nudité étant très présente, mais toujours pertinente par rapport aux intentions du scénariste, notamment pour montrer la cruauté et la crudité des événements. La dimension et la localisation des vignettes sont également parfaitement étudiées pour produire le meilleur effet possible. La couleur, flamboyante et lumineuse, est à l'image de tout le reste de l'œuvre, renforçant encore l'immersion du lecteur dans cette époque fascinante. Elle est un parfait exemple de tous les essais de BD visant à illustrer l'histoire. une œuvre à ne pas manquer.

Notre sélection n°2

Djinn - Tome 1 - La Favorite

Dufaux Jean

Présentation de Djinn - Tome 1 - La Favorite

Un harem est généralement considéré comme un lieu de plaisir pour un souverain, mais il est bien plus que cela. Il est dit que « Satisfait un homme et tu obtiendras de lui tous les trésors de la terre », y compris ceux de la guerre. C’est pourquoi le harem du sultan Murati, surnommé le « sultan noir », est pour lui une arme plus puissante que bien des armées dont disposent les Anglais et les Allemands qui se disputent ses faveurs et son alliance.

Fleur parmi les fleurs, arme parmi les armes, Jade est la nouvelle favorite du sultan et est chargée de mener à bien l’assaut d’un diplomate anglais à travers sa femme, le point faible de cette cible. Mais Jade cache un coeur de pierre sous sa douce poitrine, comme le témoigne le meurtre froid qu’elle a ordonné de la petite fille de Djoua, une favorite déchue de Murati.

L’année est 1912, et on dit que Jade, battue par ses propres armes, a trahi le sultan et a disparu avec celui qui devait être sa proie. 50 ans plus tard, sa petite fille, Kim Nelson, tente de retrouver sa trace dans un Istambul où les harems ont disparu, mais pas les bordels. Elle découvre à ses dépens que la légende murmure que Jade, seule, savait où le trésor du sultan avait été caché, et que cette odeur d’or excite au plus haut point certains grands prédateurs locaux.

Dufaux, scénariste des très envoûtants « Rapaces », mêle habilement la rigueur victorienne à la chaude sensualité des harems ottomans, et Ana Miralles donne à ses créatures une élégance, une finesse et une légèreté qui entraîne le lecteur dans un monde cruel mais terriblement tentant.

Notre avis de Djinn - Tome 1 - La Favorite

Les détails précis et les couleurs vives ont donné vie à cet univers harem intriguant. L'histoire elle-même est habilement tissée, avec des personnages femmes forts et complexes qui m'ont immédiatement intrigué.

La narration nous emmène dans les méandres de l'histoire de deux femmes, Jade et Kim, qui vivent dans des époques différentes mais sont liées par leur lignée de Djinns. La manipulation et la cruauté de Jade ont créé un portrait complexe et fascinant, tandis que l'intelligence et la détermination de Kim m'ont donné envie de découvrir plus de son histoire.

Il y a des moments érotiques dans cette histoire, qui ajoutent une touche de sensualité à l'intrigue déjà captivante. "Djinn - Tome 1 - La Favorite" est une histoire légère, prenante et agréable, qui m'a donné envie de découvrir la suite de la série. Les illustrations de qualité et l'univers intrigant font de cette BD un produit hautement recommandable.

Notre sélection n°3

Complainte des landes perdues - Cycle 1 - Tome 1 - Sioban

Dufaux Jean

Présentation de Complainte des landes perdues - Cycle 1 - Tome 1 - Sioban

Rosinski, célèbre dessinateur de Thorgal, et Dufaux, l’un des meilleurs scénaristes actuel, nous présentent l’univers de Sioban, une princesse qui a perdu son royaume mais qui est animée d’une soif de vengeance et de reconquête. « Complainte des landes perdues » possède la force des récits fantastiques et la magie des légendes celtiques. Cette série, qui se compose de quatre albums, est déjà considérée comme incontournable pour les amateurs de bande dessinée.

Notre avis de Complainte des landes perdues - Cycle 1 - Tome 1 - Sioban

Le trait est d'une finesse remarquable, et les nuances de Graza ajoutent une profondeur inouïe à l'atmosphère visuelle de l'oeuvre. Il est indéniable que ces illustrations constituent un véritable joyau graphique.

L'intrigue de l'histoire est riche en rebondissements et en nuances, elle nous entraîne dans un univers féerique où les lignées se croisent et s'affrontent pour le pouvoir sur les terres de l'île de l'Eruin Dulea. Le personnage principal, une descendante des véritables héritiers, est un personnage complexe et passionnel qui se trouve confronté à un mage maléfique qui a conquis toutes les terres.

Le scénario est élaboré avec soin et nous plonge dans une histoire captivante et intrigante qui nous tient en haleine jusqu'à la fin. L'auteur Dufaux a su créer un univers riche et complexe qui nous transporte dans un monde lointain et fascinant.

"Complainte des landes perdues - Cycle 1 - Tome 1 - Sioban" est une oeuvre littéraire captivante qui saura plaire aux amateurs d'Heroic Fantasy. Je recommande vivement cette série à tous les amateurs de fantastique.

Le mot de la fin​

Jean Dufaux est un scénariste belge de bande dessinée qui a su se faire un nom dans le milieu grâce à son talent pour les histoires captivantes et ses personnages forts. Il a commencé sa carrière en étudiant la grammaire du cinéma à l’Institut des Arts de Diffusion à Bruxelles, avant de devenir journaliste à CINÉ-PRESSE. Il a ensuite utilisé cette expérience pour écrire des pièces pour enfants et des nouvelles pour diverses publications.

Au fil des ans, Dufaux a travaillé avec de nombreux dessinateurs, créant des histoires qui ont captivé des milliers de lecteurs. Il a commencé en écrivant pour Bruno Di Sano et Philippe Delaby, qu’il a amené à créer des histoires comme « Jessica Blandy » et « Les Enfants de la Salamandre » pour Novedi. Il a également travaillé avec des dessinateurs tels que Griffo, Xavier Musquera et Édouard Aidans, créant des histoires telles que « Umpifica Blues », « Sade » et la saga best-seller « Giacomo C. »

En 2013, il a pris la suite de Jean Van Hamme en écrivant pour la reprise de « Blake et Mortimer ». L’œuvre de Dufaux est prolifique et complexe, comprenant plus de 200 volumes à ce jour. Il a été honoré pour son travail en étant nommé Chevalier de l’ordre des arts et des lettres en 2009.

Partager cet article
Laisser un commentaire