les 2 meilleurs livres de Juan Rulfo

Quel est le meilleur livre de Juan Rulfo en 2024 ? Découvrez nos 2 sélections

Sommaire

Juan Rulfo est considéré comme l’un des plus grands écrivains mexicains de tous les temps. Son œuvre littéraire, bien que limitée, est remarquable par sa profondeur et sa poésie. Il a su créer des histoires qui ont captivé les lecteurs pendant des décennies et qui continuent à le faire encore aujourd’hui.

Il est difficile de choisir le meilleur livre de Juan Rulfo, car chacun de ses livres est un chef-d’œuvre à part entière. Cependant, il y en a deux qui se démarquent particulièrement : « Pedro Páramo » et « Le Llano en flammes ». Ces deux livres ont été salués par la critique et ont remporté de nombreux prix littéraires.

Notre sélection n°1

Pedro Páramo

Juan Rulfo

Présentation de Pedro Páramo

« Pedro Páramo » est considéré comme l’une des plus grandes œuvres du XXème siècle, un classique contemporain. L’auteur, Juan Rulfo, a su créer une histoire fascinante, intemporelle et d’une beauté rare.

L’intrigue suit la quête de Juan Preciado, à la recherche de son père, qui le mène à Comala et à la rencontre de son destin. Le voyage est vertigineux et est raconté par un chœur de personnages insolites qui nous donnent à entendre la voix profonde du Mexique, au-delà des frontières entre la mémoire et l’oubli, le passé et le présent, les morts et les vivants.

Comme Kafka et Faulkner, Rulfo a su créer une histoire captivante qui restera dans les mémoires. « Pedro Páramo » est un livre à ne pas manquer pour ceux qui apprécient les œuvres littéraires de qualité.

Notre avis de Pedro Páramo

Les personnages se dévoilent progressivement, comme des fantômes émergeant de la brume, révélant les secrets de Comala, ce petit village mexicain dont l'atmosphère est pesante et oppressante.

La narration est décousue, comme les morceaux d'un puzzle qu'il faut assembler pour comprendre l'histoire globale. Le style d'écriture est élégant et poétique, mais il n'épargne pas les aspects les plus sombres de la vie quotidienne. Les thèmes abordés sont complexes et profonds, traitant de la folie, de l'amour, de la révolte et de la mort.

Le personnage principal, Juan Preciado, est à la recherche de son père, Pedro Páramo, mais il finit par "lâcher" le lecteur avant la fin. Cependant, cela ajoute à l'ambiguïté de l'histoire et renforce l'idée que les personnages ne sont pas toujours ce qu'ils semblent être.

Pedro Páramo est un roman déroutant et fascinant, qui offre une expérience de lecture surréaliste et captivante. Certes, il peut être un peu difficile à comprendre, mais c'est justement ce qui en fait tout son charme. Je recommande cette œuvre à tous les amateurs de littérature surréaliste et poétique.

Notre sélection n°2

Le Llano en flammes

Juan Rulfo

Présentation de Le Llano en flammes

« Le Llano en flammes » est un livre écrit par Juan Rulfo, un auteur qui a su créer un style unique, comme l’ont fait Giono, Céline ou Faulkner à partir de leur connaissance de la guerre ou du racisme. Il s’agit d’une œuvre marquante qui fait écho à la mémoire universelle.

Rulfo a su créer un langage qui lui est propre, qui porte en lui tout son passé, l’histoire de son enfance. Comme l’a dit son ami des débuts, Efrén Hernandez, Juan Rulfo est un « escritor nato », un écrivain-né. Sa manière d’écrire est à la fois orale et artistique, elle incube le réel et le réinvente. C’est cette appropriation qui donne à son écriture la force de la vérité.

« Le Llano en flammes » est un livre qui laisse une marque indélébile en nous, qui dit mieux que tout l’absurdité irréductible de l’histoire humaine, et qui fait naître la ferveur de l’émotion, notre seul espoir de rédemption. C’est ce que dit J.M.G. Le Clézio. Il s’agit d’une œuvre majeure qui restera gravée dans les mémoires pour ceux qui apprécient les œuvres littéraires de qualité.

Notre avis de Le Llano en flammes

Juan Rulfo nous offre un regard intimiste sur ces hommes et ces femmes qui, malgré leur engagement dans le combat pour une répartition plus équitable des terres, se retrouvent souvent déçus par les conséquences de cette lutte.

La plume de l'auteur est à la fois poétique et réaliste, comme s'il se promenait parmi ses personnages, capturant des instants de leur vie quotidienne avec la précision d'un journaliste. Les histoires qu'il nous raconte sont rarement bucoliques, mais plutôt dramatiques, reflétant la dure réalité de ces gens usés par la révolution.

Ce qui m'a le plus touché dans ce livre, c'est la manière dont Rulfo donne la parole aux personnages les plus simples, aux survivants résignés, aux gens qui, malgré leur vie difficile, continuent de lutter pour leurs valeurs essentielles de justice, vérité et équité. L'environnement aride et désertique où ils vivent accentue encore cette froideur, mais cela ne les empêche pas de se battre pour leur survie.

On pourrait presque commencer certaines nouvelles par "Il était une fois", tant Rulfo a la capacité de construire des histoires captivantes qui pourraient être transmises de génération en génération. Ce recueil de nouvelles est bouleversant, car il montre à quel point les conséquences de la révolution ont été dévastatrices pour les péones. On ne peut que ressentir de la compassion pour ces êtres humains qui ont été poussés à agir de manière inhumaine par les circonstances. "Le Llano en flammes" est un livre à lire pour comprendre vraiment leur histoire et leur vie.

Le mot de la fin​

Juan Rulfo, écrivain, nouvelliste, conteur, photographe et scénariste mexicain, est considéré comme l’un des plus grands auteurs de son pays. Il est né dans une petite localité de l’état de Jalisco, où il a passé son enfance dans un orphelinat de Guadalajara. Il a été témoin de la révolte des Cristeros, une période de violence qui a marqué sa jeunesse. Il a perdu son père assassiné en 1923 et sa mère peu après, ainsi que de nombreux membres de sa famille. Il a étudié en auditeur libre à la faculté de Lettres de Mexico.

Il a publié son premier livre, un recueil de nouvelles intitulé « El Llano en Llamas » (1953), qui a traité de la vie des paysans de la région de Jalisco dans une nature aride et hostile. Ce livre l’a immédiatement fait connaître comme un écrivain moderne célèbre. Il a ensuite publié son unique roman, « Pedro Páramo » (1955), qui traite de la confusion entre le monde des morts et des vivants. Ce roman a eu une répercussion mondiale et reflète la fascination des Mexicains pour la mort. Ces deux œuvres peuvent être classées dans le récit naturaliste de thème rural, avec un style austère, précis, lyrique qui exprime un monde de misère et d’ignorance dominé par la peur, la superstition et le remords.

Après ces deux succès, il s’est progressivement éloigné de l’écriture pour travailler à la télévision, et a fini sa carrière comme directeur éditorial de l’Instituto Indigenista de México. Il a reçu de nombreux prix prestigieux, dont le Prix National des Lettres en 1970, a été membre de la Academia mexicana de la Lengua en 1976 et le Prix Príncipes de Asturias en 1983.

Malgré une carrière d’écrivain assez courte, Juan Rulfo a une importance considérable dans la littérature hispanique de son siècle, et a reçu les témoignages d’admiration de nombreux auteurs tels que Gabriel García Márquez ou Jorge Luis Borges. Il existe même un Concours International de Nouvelles qui porte son nom. En plus de son travail littéraire, il est également reconnu comme un grand photographe des paysages et des paysans de son pays.

Partager cet article
Laisser un commentaire