les 3 meilleures BD de Catherine Meurisse

Quel est la meilleure BD de Catherine Meurisse en 2024 ? Découvrez nos 3 sélections

Sommaire

Catherine Meurisse est une dessinatrice française talentueuse qui a su se faire un nom dans le monde de la bande dessinée. Depuis plus de dix ans, elle a publié de nombreux albums qui ont su séduire le public par leur originalité, leur finesse et leur profondeur. Elle a su aborder des sujets variés, allant de l’humour à la tragédie en passant par la méditation sur l’art et la nature.

Avec son trait de plume précis et élégant, elle sait nous transporter dans des univers différents, nous faire rire, nous émouvoir et nous questionner. Ses personnages sont souvent attachants, et elle sait nous faire ressentir leurs émotions avec une grande sensibilité.

Il est difficile de ne choisir qu’une seule BD de Catherine Meurisse car chacune d’elles est unique et mérite d’être découverte. Cependant, nous avons sélectionné pour vous les trois BD de Catherine Meurisse qui, selon nous, sont les plus marquantes et les plus réussies. Ces BD ont su nous toucher par leur profondeur, leur originalité et leur sensibilité.

Notre sélection n°1

La Légèreté - Tome 0 - La Légèreté

Meurisse Catherine

Présentation de La Légèreté - Tome 0 - La Légèreté

Catherine Meurisse, dessinatrice pour Charlie Hebdo depuis plus de dix ans, a vécu le 7 janvier 2015 comme une tragédie personnelle. Elle a perdu des amis et des mentors, ainsi que le goût de dessiner et la légèreté. Après cette violence, elle a ressenti le besoin de s’éloigner du chaos et de l’aridité intellectuelle et esthétique qui ont suivi. Elle a cherché à trouver l’opposé de cela, à savoir la beauté.

Pour retrouver la paix intérieure, elle a consigné les moments d’émotion qu’elle a vécus après l’attentat, lors de ses voyages sur le chemin de l’océan, au Louvre ou encore à la Villa Médicis à Rome, des lieux qui ont été pour elle des sources de renaissance.

Notre avis de La Légèreté - Tome 0 - La Légèreté

Les illustrations, réalisées à l'aquarelle, sont d'une grande poésie et renforcent encore davantage l'intensité des thèmes abordés. Les dialogues, quant à eux, sont à la fois tendres et drôles, ajoutant une touche d'humanité à l'ensemble.

Il est impossible de refermer ce livre sans y avoir laissé un peu de soi, des marques à la fois invisibles et indélébiles. Il est également impossible de ne pas être rempli d'espoir après l'avoir lu, un espoir qui se manifeste à travers les thèmes de l'amitié, la culture et la beauté. Ce livre est un témoignage d'un chemin difficile, mais également un merveilleux message d'espoir et de courage, nécessaire pour continuer à vivre vaillamment après une épreuve de vie.

En tant que lecteur, je recommande chaudement ce livre pour la qualité des illustrations, des dessins et des textes émouvants et tendres, mais aussi pour la sincérité de l'analyse de la crise globale que peut traverser par moments notre vie et ce qui peut nous faire re-vivre. La beauté et l'humour sont ici à l'honneur. C'est un livre intéressant qui traite de l’affaire du journal de Charlie Hebdo, et je le recommande vivement à tous ceux qui sont sensibilisés par la liberté, pas seulement de la presse. cette œuvre est un magnifique témoignage de la capacité de l'homme à surmonter les épreuves les plus difficiles grâce à la beauté, l'amitié et l'espoir.

Notre sélection n°2

La jeune femme et la mer

Meurisse Catherine

Présentation de La jeune femme et la mer

« La Jeune femme et la mer » est l’album inspiré par les voyages de Catherine Meurisse au Japon. La dessinatrice française a passé plusieurs mois à la Villa Kujoyama, une résidence d’artistes située à Kyoto, dans le but de renouveler son inspiration en se plongeant dans les paysages japonais. Un an plus tard, elle s’est retrouvée de nouveau au Japon, lorsque le typhon Hagibis a dévasté une partie du pays. Ces deux voyages, ponctués par la nature, à la fois muse et destructrice, ont donné naissance à cet album.

« Je voudrais peindre la nature », affirme Catherine Meurisse dès son arrivée au Japon. Mais la nature ne se laisse pas facilement saisir, elle se transforme constamment et nous subjugue. Sur son chemin, elle rencontre un peintre japonais qui, lui, cherche à « peindre une femme ». La jeune femme en question, Nami, est mystérieuse et semble liée aux éléments naturels. Elle sait lire les signes d’un typhon dans les plis de la mer. Pour déchiffrer les signes cachés dans ce décor rural, un tanuki effronté, animal mythologique incontournable de la culture japonaise, surgit au gré des déambulations des deux artistes.

A travers un trait de plume précis, où plane l’ombre d’Hokusaï et des maîtres de l’estampe, Catherine Meurisse propose un récit initiatique qui questionne la place de l’homme dans la nature et l’utilisation de l’art pour saisir les paysages qui disparaissent. Les magnifiques paysages japonais sont retranscrits avec finesse et sensibilité, invitant le lecteur à se plonger dans l’univers de cette jeune femme et de la mer.

Notre avis de La jeune femme et la mer

L'auteure, également dessinatrice, nous fait vivre une étrange aventure à travers les yeux d'une jeune femme qui débarque dans une résidence d'artistes, le rêve de peindre la nature en tête.

La mer semble si proche, on pourrait presque y tremper les doigts, mais malheureusement, la responsable de la résidence éteint rapidement l'élan de notre héroïne en lui faisant face à une paroi abrupte et aride. Cependant, cela ne l'empêche pas de poursuivre son voyage, à la rencontre d'autres personnages tout aussi étranges et intrigants.

Les vignettes et planches dédiées à la nature sont somptueuses, les détails minutieux et les couleurs vives nous plongent dans un univers féerique. Les personnages, quant à eux, sont tous aussi originaux les uns que les autres, et leur laideur n'enlève rien à leur charme.

Le premier être que croise notre voyageuse est un tanuki, un animal à fourrure symbolisant bonheur et prospérité dans la mythologie japonaise, qui lui offre quelques uns de ses poils pour fabriquer un pinceau. Il apparaîtra et disparaîtra comme par enchantement, menant la jeune femme à vivre des expériences incroyables.

Dans la BD "La jeune femme et la mer" les illustrations et le style graphique sont époustouflants, et l'histoire est à la fois étrange et intrigante. Je le recommande vivement à tous ceux qui aiment les histoires poétiques et les univers féeriques.

Notre sélection n°3

Les Grands espaces

Meurisse Catherine

Présentation de Les Grands espaces

Dans « Les Grands Espaces », Catherine Meurisse raconte son enfance passée à la campagne, entourée de pierres, d’arbres et d’un chantier de rénovation de la ferme familiale. Ce lieu de vie et de création a forgé son goût pour la création artistique et a été les prémisses de son métier de dessinatrice. Avec humour et tendresse, elle décrit le paradis de son enfance, où la nature, l’art et la littérature ont toujours été ses alliés pour conserver et dépasser ce lieu de vie.

Ce livre raconte l’imaginaire qui s’est développé dans cet environnement de liberté, où la nature, l’art et la littérature ont été des sources d’inspiration pour Catherine Meurisse. Elle nous fait partager les moments forts de son enfance et les émotions qui en ont découlé, à travers ses dessins et ses récits. Les Grands Espaces est un livre touchant qui fait revivre les souvenirs d’enfance dans toute leur simplicité et leur poésie.

Notre avis de Les Grands espaces

Les illustrations sont d'une finesse poétique, capturant à la fois la beauté et la dure réalité de la campagne. Le style graphique est élégant, les couleurs parfaitement adaptées à la tonalité nostalgique de l'ouvrage.

Le récit suit l'enfance et l'adolescence de deux soeurs dont les parents décident, un beau jour, d'aller vivre à la campagne. L'auteure porte un regard à la fois ému et lucide sur ses jeunes années, offrant une satire de la fête du "cabécou", de la découverte du sens du Puy du Fou, Ségolène Royal, et de l'impossible rêve d'une campagne poitevine à la Nicolas Poussin.

La narration est souvent drôle, toujours attendrie, et le livre est une belle histoire d'apprentissage. Le texte et l'image concourent à cette grande réussite, rendant hommage à la nature, aux lieux de l'enfance, à la littérature, à la peinture, et saluant les valeurs et l'engagement transmis par les parents. "Les Grands Espaces" est une bouffée d'air pur, une évasion, un moment de bonheur en dehors de l'actualité quotidienne.

Le mot de la fin​

Catherine Meurisse est une artiste française talentueuse qui a fait ses preuves dans les domaines de l’illustration, de la bande dessinée et de la presse. Elle a étudié les Lettres Modernes à la faculté de Poitiers et a obtenu son diplôme des Métiers d’art en illustration à l’école Estienne en 2002. Elle a ensuite poursuivi ses études aux Arts décoratifs de Paris où elle a obtenu son diplôme en 2005.

Pendant ses études, elle a créé « Causerie sur Delacroix », qui a été primé par le jury de l’école en 2004 et édité en 2005. C’est à cette période qu’elle a été repérée par des dessinateurs de Charlie Hebdo lors d’un concours de dessins de presse, et elle a rejoint la rédaction du journal dès la fin de ses études en 2005.

Elle a dessiné pour diverses publications adultes et jeunesse, telles que Les Échos, Libération, Les Inrockuptibles, Marianne, Psychologies magazine, Okapi, DLire, Eurêka, Capsule Cosmique et Wapiti. Elle a également publié plusieurs albums jeunesse tels que « Comment bien vivre avec son corps », « Le P’tit Miam », « Mon Premier Larousse des Héros », « 100% excellent », « En voiture, en voiture » et « Mais oui, je vous aime toujours ».

Partager cet article
Laisser un commentaire
Optimized by Optimole