Avis littéraire : Le souffle de la nuit, d’Alexandre Galien

Bonjour à tous,

Ahhhh ! Je reviens avec un petit polar de derrière les fagots dont vous me direz des nouvelles ! Cela fait longtemps que je ne vous en ai pas présenté ici, et ça me fait plaisir de revenir à ces lectures que j’affectionne particulièrement. J’ai eu la chance d’enfin découvrir la plume d’Alexandre Galien qui a publié, le 24 septembre 2020, Le souffle de la nuit, aux éditions Michel Lafon.

Le résumé…

« « Les silences de Valmy, au bout du fil, avaient résonné dans leurs oreilles comme le sifflement d’un corps qui tombe droit dans l’abîme. Pourtant quand le chef de la Crim’ avait prononcé les mots « meurtre », « poupée criblée de cicatrices », « vaudou » et « bois de Vincennes », une tension inhabituelle avait envahi la pièce. Jean et le commissaire ne surent dire si c’était sa respiration qui avait changé, ou s’il était habité d’une force inconnue, mais le Valmy qu’ils connaissaient avait repris le dessus. »

Des faubourgs de Barbès aux dorures des ambassades, entre prostitution et magie noire, le groupe de Philippe Valmy se reforme pour traquer un tueur sanguinaire qui met à vif les cicatrices du passé. »

Alors bon, je ne suis pas fan des résumés mettant des extraits mais là, pour le coup, ça en dit juste ce qu’il faut ! Important dans un polar me direz-vous, n’est-ce pas ?

Mon avis sur ce bouquin…

Je n’avais donc jamais lu la plume d’Alexandre Galien. Après en avoir souvent entendu parler sur les réseaux sociaux, j’avais envie de me lancer. Eh bien, ce roman est vraiment très agréable. L’intrigue se met en place facilement, il n’y a pas tant que ça de personnages, donc impossible de se perdre dans des noms et des intrigues parallèles. Et surtout, un peu comme dans les romans d’Olivier Norek finalement, c’est moderne.

Le lecteur fait presque partie intégrante de l’enquête au même titre qu’un collègue du commissariat. Et ça, j’adore ! C’est dynamique, il y a du rythme et forcément, ça sert le récit. En effet, on commence un chapitre qu’il est déjà terminé. Les pages se dévorent si facilement que le livre se termine en une journée. Avec en plus, le sentiment d’avoir passer une très bonne journée de lecture. Que demander de mieux ?

Quant à l’intrigue ? Eh bien, ça démarre très fort avec un cadavre trouvé aux abords des lieux de prédilection des prostituées. Et ce cadavre, c’est un flic. Et BIM ! Et de fil en anguilles… A vous de le lire 😉

Ce qui est surtout très appréciable, c’est le sentiment de la facilité d’écriture et des cohérences de l’histoire. Le récit est documenté, le jargon est technique, combo gagnant. Je tiens aussi à dire que c’est un polar qui peut de ce fait, parfaitement correspondre aux lecteurs souhaitant aborder ce style littéraire mais ayant peur de se diriger vers une lecture un peu trop glauque par exemple. Ce n’est pas le cas ici et, bien au contraire, comme je l’ai dit, la plume étant maîtrisée, la lecture n’en sera que plus agréable !

Vraiment, j’ai été conquise. Je serai au rendez-vous pour le prochain sans faute !

N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous l’avez lu ou si d’ailleurs je dois lire le précédent ou non… (même si je connais déjà la réponse évidemment !).

A très vite pour un nouvel avis, d’ici là, portez-vous bien,

F.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *