Avis rentrée littéraire 2020 : Rien n’est perdu, de Pierre-Louis Basse

Bonjour à tous,

Je vous reviens aujourd’hui avec un autre roman de la rentrée littéraire du Cherche-Midi. Il s’agit cette fois du roman de Pierre-Louis Basse, sorti le 20 août 2020 et qui s’intitule Rien n’est perdu.

Le synopsis…

« Le petit garçon ne voulait pas de l’école. L’école ne voulait pas de lui. C’était le temps déraisonnable des terrains vagues, du rêve et de la violence. Nanterre, 1971.
Un jour de décembre, c’est le choc. L’envie d’apprendre revient avec la lumière d’un tableau de Van Gogh, découvert, main dans la main de sa grande sœur, au musée de l’Orangerie. Il reste sidéré devant Les Roulottes. L’échappée belle, la liberté, la fuite, dans une simple toile. Qui lui sauve la mise.
Et le petit garçon a laissé les terrains vagues. La renaissance après l’obscurité. »

Voici le résumé que vous pouvez par exemple retrouver sur Babelio 🙂

Mon avis sur ce roman…

Pour être tout à fait honnête avec vous, c’est un roman que j’ai aimé lire mais dont je ne vais probablement pas me souvenir bien longtemps… ça arrive, c’est comme ça et ça ne veut surtout pas dire qu’il ne vous plaira pas, à vous.

L’intégralité du récit est très largement autobiographique. Ce petit garçon semble perdu, ne rentre pas dans les cases de l’école. Nous allons donc prioritairement suivre son parcours à lui. Jusqu’au moment de sa rencontre avec la Roulotte de Van Gogh.

Là où se trouve ma déception est dans le fait que finalement, on ne parle que très peu, voire même pas du tout de l’oeuvre en elle-même. Evidemment, je ne m’attendais pas à un roman sur l’artiste Vincent Van Gogh, mais quand même, j’en attendais plus. Surtout vu la quatrième de couverture.

Là où au contraire le roman a réussi à me séduire, c’est dans le discours. L’art peut nous aider à nous dépasser, n’importe quand et partout. Que ce soit au musée, dans la vie de tous les jours ou bien encore dans la rue, l’art qui nous entoure nous pousse et nous force même parfois à ouvrir encore plus grand nos yeux pour en savourer la teneur.

Une lecture donc en demi-teinte pour moi, et j’en suis la première déçue.

Néanmoins, un instant de lecture agréable puisque le style reste très abordable et même très contemporain.

Je vous retrouve très vite pour un nouvel avis littéraire d’ici là, portez-vous bien,

F.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *