Avis littéraires : retour de lectures Folio

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, je ne viens pas vous présenter un mais trois livres dans le même billet ! Tous viennent de la même maison d’édition, à savoir Folio. Maison d’édition très variée tout comme ma sélection de ce mois, et pour cause. Je vous propose une BD, et deux œuvres plus classiques.

Les Culottées Tome II, partie 1

Je suis sûre et certaine que vous connaissez déjà tous Les Culottées. Le succès a été tellement énorme que vous n’avez pas pu passer à côté. Mais, sachez que vous pouvez désormais les trouver en format poche, et ça, c’est plutôt chouette. Les BD, c’est souvent lourd et ça prend de la place. Difficile de s’imaginer la lire dans les transports en commun ou dans le train.

Heureusement, les éditions Folio ont édité des BD dans un format tout mignon, semblable à celui d’un livre de poche. Petit, léger, pliable, transportable. Tout l’inverse de la BD en somme. Mais tellement pratique !

Concernant les Culottées, le second tome se divise en deux parties. J’ai lu la première partie et j’ai encore la seconde à lire. Je la garde précieusement (enfin, pas trop quand même !).

Les Culottées, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est une BD dans laquelle Pénélope Bagieu va nous parler de femmes de tous horizons, qui ont pris leurs vies en mains. Qui ont eu un destin, qui ont fait des choix. En somme, ce sont des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent ! Le tout sous le coup de crayon de Pénélope Bagieu, c’est tout simplement divin !

Amour et amitié, de Jane Austen

« De tous les talents ordinairement en possession de mon sexe j’étais la maîtresse. Au couvent, mes progrès avaient toujours été plus Grands que ne le permettait l’instruction reçue, les connaissances dont je disposais étonnaient chez quelqu’un de mon âge, et je surpassai bientôt mes maîtres. 
Toutes les vertus susceptibles d’orner un esprit se retrouvaient dans le mien. Il était le lieu de rencontre de toutes les qualités et de tous les sentiments élevés. 
Mon seul défaut, s’il mérite ce nom, était de posséder une sensibilité trop vive, prompte à s’émouvoir de toutes les afflictions de mes amis, des personnes de ma connaissance, et plus encore des miennes. »

Dans ce très court roman épistolaire de 98 pages, écrit par Jane Austen en 1790, nous suivons la vie de Laura. Elle écrit à Marianne, la fille de sa meilleure amie pour lui raconter les turpitudes et autres aventures qu’elle a pu connaître dans sa vie.

Il s’agit a priori d’une sorte de conte que Jane Austen racontait à sa famille. On peut y percevoir de l’ironie parfois, des situations tellement incongrues qu’elles en sont vraiment risibles… Toute cette histoire est aussi à remettre dans le contexte de l’époque pour vraiment y prendre goût. Je n’ai rien lu d’autre de Jane Austen pour le moment, ce n’est pas faute d’avoir certains de ses romans à la maison. En tout cas, le style m’a beaucoup plu !

Scènes de lecture, de saint Augustin à Proust

 » La lecture n’a pas toujours été une activité solitaire : elle s’est longtemps pratiquée à voix haute, de manière collective, et, partagée dans les salons ou les jardins, fut un élément majeur de la sociabilité. La lecture est une rencontre : entre un lecteur, un texte et un auteur ; mais aussi entre plusieurs lecteurs qui confrontent leurs interprétations. La frontière entre l’écrit et l’oral s’estompe : la lecture vocalise le texte écrit et le prolonge par la conversation, voire la relation amoureuse. 
Cette anthologie regroupe une soixantaine de textes (très connus comme rares, français et étrangers) illustrant les différentes manières de lire : les rapports à l’objet-livre, à l’activité de lecture (rêverie, réflexion, méditation…) et au corps du lecteur. Car le plaisir de lire n’est pas seulement intellectuel mais aussi sensuel. On passe progressivement d’une lecture sacrée à une lecture profane, et d’une lecture édifiante à une lecture dangereuse – celle des romans, longtemps accusés de favoriser le vice de la curiosité. 
À l’heure où la lecture subit de profondes mutations, ces textes sont autant de témoignages d’une activité qui traverse les siècles et questionne notre rapport à la tradition et à l’altérité. »

Ceci est le résumé de ce recueil que vous pouvez trouver sur le site de Folio par exemple.

Ici, c’est un peu comme une mise en abîme. En étant nous même lecteurs, passion que nous pratiquons presque tous les jours, nous imaginons la plupart du temps (si ce n’est pas à chaque fois !) cette activité comme étant solitaire. On ne peut lire qu’à une seule personne à la fois un bouquin. Oui mais, le propre des réseaux sociaux et de ce que nous y faisons dessus n’est pas de partager justement ? Partager sur nos points de vues et nos impressions de lecteur et de lecture ?

Il est, il me semble, important de se rappeler qu’effectivement la lecture à la base était une activité de groupe. Beaucoup de personnes ne savaient pas lire, le seul moyen de se tenir au courant était donc d’assister à des lectures de groupe.

Un recueil très bien mené, parfaitement documenté et très agréable à feuilleter pour en apprendre davantage sur notre passion qui en est une aujourd’hui mais qui ne l’a pas toujours été… Un bouquin qui m’a d’ailleurs fortement rappelé ma reprise d’étude de l’année dernière à laquelle je pense très régulièrement…

Je vous retrouver vite pour un nouveau billet sur le blog, d’ici là, je vous souhaite de très belles lectures,

F.