Avis littéraire : Que les ombres passent aux aveux, de Cédric Lalaury

Bonjour à tous, 

Bien. Ma dernière chronique en date était un thriller et je reviens pour vous parler… d’un thriller. Psychologique. Mais pas que. Il s’agit du dernier roman de Cédric Lalaury, Que les ombres passent aux aveux, publié le 6 novembre 2019 chez Préludes. 

Le synopsis…

« Après un drame personnel, Jessie décide de retourner vivre chez son grand-père. Alors que le vieil homme vient de mourir, elle trouve dans sa boîte aux lettres une enveloppe contenant des documents. Ceux-ci évoquent Keowe, terre de leurs racines, dont il ne parlait jamais. Pourquoi lui adresser aujourd’hui ces coupures de journaux consacrées à un massacre familial perpétré des décennies plus tôt

Un riche industriel de la région, M. Webson, avait tué sa fille et sa femme avant de se suicider. Son fils cadet, Toby, n’a jamais été retrouvé. Or Mme Lamar, l’ancienne gouvernante de la famille, affirme l’avoir récemment reconnu.

L’Enfant perdu d’Eden Woods serait-il de retour ? Troublée, Jessie part enquêter sur place. »

Vous l’aurez compris, à travers ce roman, nous allons enquêter aux côtés de Jessie, cette femme écorchée vive, un peu recluse et qui surtout, se met de côté de la société. Jessie va avoir besoin de comprendre un passé qui n’est pas le sien pour se reconstruire. Et elle va aller de surprise en surprise… 

Mon avis sur ce roman…

Ce que nous savons dans les premières pages, c’est que le passé de Jessie n’est pas glorieux. Elle n’a plus rien à perdre, souhaite se reconstruire, mais pense mal s’y prendre. Le personnage de Jessie est central, c’est elle la protagoniste. Ce que j’ai particulièrement aimé, c’est la manière avec laquelle l’auteur nous fait découvrir la ville de Keowe à travers les yeux de Jessie. J’ai vu cette ville comme poussiéreuse, inquiétante, petite bourgade où tout le monde semble se connaître. Théâtre où des choses presque surnaturelles se passent. Déjà à cause de ce qu’il s’est passé il y a 40 ans, mais aussi à cause de ce que découvre Jessie au fur et à mesure de son enquête.

Chaque personne dans la ville semble avoir son avis sur le drame ayant eu lieu. Chaque personne a, aussi, un avis sur les autres habitants de la ville. 

Les personnages secondaires prennent eux aussi une place assez importante. Chacun à tour de rôle, ils vont être révélés comme étant des pièces maîtresses des découvertes, ayant caché certaines choses, menti aussi… 

Je n’ai pas du tout vu venir la fin. Et ça, j’ai aimé ! Si, au début j’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’intrigue, une fois bien installée, je n’ai pas pu m’arrêter ! L’auteur nous trompe, nous distille des indices qui n’en sont pas. Il nous oriente vers des issues que l’on pense bonnes. En bref, il se joue de nous…! Pour notre plus grand plaisir de lecteur ! 
J’ai beaucoup aimé cette lecture ! Une fois de plus avec les éditions Préludes, je vais vers des romans que je n’attendais pas, et que je suis très heureuse de découvrir. 

Il est évident que si vous être un amateur de thriller, ce roman a vous plaire. Tant pour son intrigue, que pour son style travaillé et bien tourné. Je ne peux que le conseiller aux fans de thrillers 😉 

A très vite pour une nouvelle chronique, d’ici là, portez-vous bien, 

F.