Avis littéraire : Le potentiel érotique … de David Foenkinos

Bien le bonjour amis lecteurs,

Une fois n’est pas coutume, je reviens avec un nouvel avis littéraire. Il s’agit aujourd’hui d’un roman de David Foenkinos, Le potentiel érotique de ma femme.

Comme beaucoup de personnes, j’ai connu David Foenkinos avec le roman La délicatesse, en 2009 et grâce à l’adaptation cinématographique par la suite. C’est un roman que j’avais beaucoup aimé, et j’ai préféré, comme c’est d’ailleurs souvent le cas pour moi, le livre, au film.

Je partais donc dans un très bon état d’esprit en débutant Le potentiel érotique de ma femme.

Le roman …

Alors, bien entendu, le titre est un peu osé, mais ça ne me dérange pas. dans la littérature, tous les coups sont permis, ce n’est pas quelque chose qui me choque. La quatrième de couverture nous indique que nous allons suivre un collectionneur invétéré. Qui va maintenant se mettre à collectionner … sa femme.

Oui, aussi étrange que cela puisse paraître, Hector se lance dans cette collection qui est pour le moins originale.

Tout ne tourne pas si rond pour Hector qui décide de se suicider. Hélas, ça ne fonctionne pas. Et il est alors contraint de retrouver un sens à sa vie. Il dit partir aux Etats-Unis pour sa convalescence, mais il n’en est rien. Alors, pour ne pas paraître inculte vis-à-vis de ce pays, et pour ne pas se faire repérer, il va à la bibliothèque et rencontre Brigitte, sa future femme, sa future lubie qu’il va se mettre à collectionner.

Bien plus que la personne en elle-même, Hector va collectionner les gestes de sa femme, ses attitudes …

Mon ressenti …

Vous l’aurez sans doute compris, je n’ai pas aimé ce roman. Non pas qu’il m’ait dérangé ou quoi que ce soit d’autre, c’est vraiment la plume qui a gênée ma lecture. Alors que dans la Délicatesse, David Foenkinos faisait preuve d’une réelle sensualité, d’une presque timidité, ici, j’ai trouvé que c’était saccadé, très difficile à lire.

Qui plus est, l’intrigue qui me semblait loufoque mais intéressante, était prometteuse. Mais je n’ai pas été transportée, ni par l’histoire, ni par les personnages.

Ce qui est le plus pénible, c’est que je vais devoir me faire violence pour lire Charlotte. Bien sûr, on ne peut pas se fier à une seule oeuvre pour « catégoriser » un auteur, mais quoi qu’il en soit, je sors avec une plutôt mauvaise impression. J’espère tout de même que mes autres lectures de David Foenkinos ressembleront plus à la Délicatesse …

Avez-vous le Potentiel érotique de ma femme ? Qu’en avez-vous pensé ?

N’hésitez pas à m’en dire plus, histoire que je sache s’il n’y a que moi qui ai cette impression !

Belle et douce journée à tous,

F.