Avis littéraire : Poison Florilegium, d’Annalena McAfee

Bonjour à tous,

Encore un autre roman de la Rentrée Littéraire mais cette fois étrangère dont je voulais vous parler ici. Il s’agit du dernier roman d’Annalena McAfee publié le 3 septembre 2020 aux éditions Belfond et qui s’intitule poétiquement Poison Florilegium.

Le synopsis…

« À la fin des années 1970, Eve Laing, jeune peintre talentueuse, débarque à New York avec la ferme intention de devenir la prochaine Andy Warhol. Débordante d’énergie, elle fréquente les soirées enfiévrées du Lower East Side et les concerts punk, découvre les drogues, les amitiés intenses et l’amour libre.

Des décennies plus tard, il ne reste plus grand-chose de cette folle liberté et de ce chaos créatif. À presque soixante ans, Eve s’ennuie dans sa belle maison londonienne auprès de son mari Kristof et de son petit-fils. Bien décidée à prouver au monde qu’elle est toujours une grande artiste, elle se lance dans son ultime chef-d’œuvre, une peinture monumentale intitulée Poison Florilegium.

Aidée par son nouvel assistant Luka, un jeune homme à la beauté troublante et au comportement presque trop parfait, Eve retrouve enfin l’exaltation du processus créatif et se sent revivre. Mais, de plus en plus obsédée par son travail, elle ne va pas tarder à perdre pied… »

Voici le résumé du roman que vous pouvez trouver sur le site de l’éditeur ou bien encore sur le site de Babelio par exemple.

Mon avis sur ce livre…

Je ne vais rien vous cacher, on est pas là pour ça de toute façon : le début a été plus que laborieux pour moi. J’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire, le livre me tombait des mains. La faute, je pense, aux trop nombreuses descriptions de lieux, de personnes, du passé. Oui, évidemment, c’est nécessaire pour que le lecteur s’imprègne de l’histoire et comprenne ce qui va se passer, je suis d’accord. Mais parfois, trop de description tue la description et donc le rythme de lecture.

Mais… j’ai tout de même persévéré. Parce que je n’aime pas abandonner un bouquin, j’ai toujours envie de savoir si je vais passer à côté de ma lecture de l’année et puis, j’ai aussi un certain respect pour les autres, donc, j’ai continué ma lecture.

Grand bien m’en fasse ! La suite était largement plus intéressante. Pour être honnête, le dernier tiers est très prenant. Le lecteur prend du recul et commence à comprendre où l’auteur veut nous emmener. Et pour le coup, la fin est très surprenante et remonte incontestablement mon avis général sur ce roman.

Contrairement à beaucoup d’autres lecteurs, je n’ai pas lu Le doux parfum du scandale, roman précédent de l’auteur. Je ne suis donc pas en mesure de vous dire si oui ou non, le style était déjà comme ça avant. Toujours est-il que, même si j’ai beaucoup aimé la fin de Poison Florilegium, cela n’a pas suffit à me convaincre. Je ne pense donc pas m’attarder plus sur les autres romans de l’auteure…

Il y a tellement d’autres romans à lire, vous n’êtes pas d’accord ?

A très vite pour un nouvel avis littéraire, faites de belles lectures,

F.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *