Avis littéraire : Park Avenue Summer, de Renée Rosen

Bonjour à tous,

J’ai le plaisir de vous retrouver aujourd’hui pour vous donner mon avis sur un roman qui sort aujourd’hui, mais que j’ai lu depuis un sacré moment. Pourtant, je me souviens de ma lecture comme si c’était hier ! Il y a de ces lectures qui nous marquent. Park Avenue Summer en fait partie. Il paraît donc aujourd’hui, 4 juin 2020 aux éditions Belfond.

Le synopsis…

« 1965. Alice, vingt ans, quitte son Ohio natal pour tenter sa chance à New Yok et devenir photographe. Arrivée dans la grande ville, elle ne tarde pas à déchanter et accepte le seul emploi qu’on lui propose : assistante de la nouvelle rédactrice en chef du Cosmopolitan, Helen Gurley Brown.

Icône du féminisme, militante pour les droits des femmes, cette dernière n’a pas que des amis dans le milieu de la presse et de l’édition américaines. Alice, fascinée par sa patronne, ne va pas tarder à s’en rendre compte…

Une femme peut tout exiger ! Une femme peut tout oser ! C’est le message qu’Helen Gurley Brown veut répandre auprès de ses compatriotes. Avec l’aide d’Alice, elle se lance dans l’arène, bousculant figures patriarcales et bonne morale puritaine pour guider les femmes sur le chemin de l’émancipation.

Ode à la féminité et à l’affirmation de soi, un roman d’apprentissage inspirant, mélange de Mad Men et du Diable s’habille en Prada. »

Voici le résumé du communiqué de presse que nous avons reçu avec le roman.

Mon avis sur ce livre…

Ce roman fait 416 pages. On peut trouver ça beaucoup. Ne vous méprenez pas : ça passe à une vitesse folle !

Ce qui m’a surtout interpellé, c’est la prise de risque d’Helen. Cette femme qui tous les hommes descendait, on lui faisait croire que ses idées étaient mauvaises, que rien de ce qu’elle proposait n’allait fonctionner. Cosmopolitan n’était pas le magazine que l’on connait aujourd’hui. Elle l’a révolutionné.

Et ça, Renée Rosen arrive parfaitement à le retranscrire. Forcément New York également. J’y ai vu pour ma part une petite partie aussi de Sex and the City. D’autant plus que l’on y côtoie des femmes inspirantes, conquérantes et qui ne se laissent pas marcher sur les pieds !

C’est un roman qui, même s’il se passe en 1965 est cruellement moderne ! Helen a révolutionné une partie de la presse dite féminine.

C’est clairement un de mes coups de coeur de cette année tant j’ai trouvé cette lecture empreinte d’humanité, d’inspiration et de courage aussi tout simplement. Vous en ressortez un peu grandie, vous vous dites que vos rêves sont possibles et que, même si personne n’y croit, rien ne vous empêche d’y croire et de vous donner les moyens de réussir.

Le personnage d’Helen est vraiment intéressant car très complexe également. Je vous laisserai découvrir ce trait de personnalité par vous-même pour ne pas vous enlever ce plaisir de lecture.

En définitive, je suis très heureuse d’avoir pu découvrir ce roman. Sous ses airs de romans « feel-good », il nous enseigne au contraire toute la témérité d’une femme qui poursuit son intuition.

Vraiment, ne le laissez pas passer 🙂

A très vite pour un autre avis littéraire, d’ici là, je vous souhaite à tous de très belles lectures,

F.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *