Avis rentrée littéraire 2020 : On ne touche pas, de Ketty Rouf

Bonjour à tous,

Dernier roman des éditions Albin Michel que je viens vous présenter aujourd’hui ! Il s’agit du roman de Ketty Rouf, intitulé On ne touche pas, paru le 19 août dernier, aux éditions Albin Michel donc.

Le résumé…

« Joséphine est prof de philo dans un lycée de Drancy. Elle mène sa vie entre Xanax, Tupperware en salle des profs, et injonctions de l’Éducation nationale qui lui ôtent le sentiment d’exister.

Sauf que.

Chaque nuit, Joséphine devient Rose Lee. Elle s’effeuille dans un club de striptease aux Champs-Élysées. Elle se réapproprie sa vie, se réconcilie avec son corps et se met à adorer le désir des hommes et le pouvoir qu’elle en retire.

Sa vie se conjugue dès lors entre glamour et grisaille, toute-puissance du corps désiré et misère du corps enseignant.

Mais de jouer avec le feu, Rose Lee pourrait bien finir par se brûler les ailes. »

Ci-dessus, le résumé que vous pouvez retrouver sur le site des éditions Albin Michel par exemple.

Mon avis sur ce roman…

J’ai lu ce roman en lecture commune avec une copine d’Instagram. Exercice que j’aime d’ailleurs beaucoup car il permet de confronter les avis au fur et à mesure de la lecture.

C’est un récit court de même pas 260 pages. Et en même pas 260 pages, nous allons tout savoir de la vie de Joséphine, et même plus, Ketty Rouf va nous embarquer dans cette vie pas comme les autres.

Avouez que, prof de philo et danseuse d’effeuillage, ce n’est pas commun ! C’est la façon qu’a trouvé Joséphine pour continuer à vivre, ou tout du moins, à continuer à se sentir vivante, à vibrer. Alors que l’Education Nationale ne veut presque plus rien dire pour elle et n’est plus aussi attrayante qu’au début, son intérêt pour le métier décroit de plus en plus.

C’est d’ailleurs un des thèmes de ce roman : le coeur de l’Education Nationale, où en sont les profs de manière générale.

Par ailleurs, ce personnage Joséphine. Parfois, on a envie de la secouer, parfois encore on l’envie. A d’autres moments, on se dit que c’est impossible ! Et puis finalement, cette histoire devient tout doucement plausible… Avoir besoin de jouer avec le feu, construire un autre personnage pour continuer à faire vivre Joséphine, avoir des moments auxquels penser quand le quotidien de prof sera trop difficile. Se faire de nouvelles amies, des séductrices, des femmes qui ont, elles aussi, un quotidien loin du club de strip-tease…

C’est un récit étonnant. déjà, lors de la présentation des romans de la rentrée littéraire d’Albin Michel, j’avais été subjuguée par cette histoire, me demandant comment Ketty Rouf allait l’aborder. Sachez qu’elle n’en fait ni trop, ni pas assez !

Ce que j’ai aussi particulièrement aimé, c’est ce parallèle avec la philosophie finalement. Etant prof de philo, le personnage de Joséphine a tout le loisir de mettre en perspective ces nouveaux apprentissages, et c’est très intéressant, vraiment…

Evidemment que je vous conseille ce roman. Je pense qu’il peut d’ailleurs très bien convenir aussi bien aux profs, qu’aux lectures plus débutants, ainsi qu’à tous ceux qui, comme moi, dévorent les livres 🙂

A très vite pour un nouvel avis littéraire, d’ici là, portez-vous bien,

F.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *