Avis littéraire : L’ombre du soir, de Malik Zidi

Bonjour à tous,

J’espère que vous vous portez tous bien.

Aujourd’hui, je vous présente un autre roman de la rentrée littéraire d’hiver. Il s’agit du premier roman de Malik Zidi, L’ombre du soir, paru le 24 janvier 2020 aux éditions Anne Carrière.

Le synopsis…

« Voici Mehdi, bouleversé par ses premières pulsions d’adulte, grand manitou de l’univers onirique et métaphysique qu’il s’est construit pour résister aux siens.

Voici Mehdi, un enfant aux allures de combattant, d’amoureux éperdu. Un enfant nu qui regarde l’humanité innocente et sale dans les yeux.

Voici Mehdi, qui se prend au jeu de la prophétie. Sa voix n’est pas une plainte mais un compte à rebours avant la fuite. »

Mon avis sur ce roman…

Medhi, onze ans, nous raconte sa vie. A l’instant T. Au moment où il nous parle. En cela, le roman correspond à toutes les attentes. Le récit est parfois abrupte, cru, désordonné. Dans un roman standard, cela pourrait être pénible, déstabilisant voire même empêcher la lecture.

Ici, non. Ces paroles décousues, incertaines, sont en fait le fruit du personnage de Mehdi. Elles permettent simplement au lecteur de se faire une idée plus précise du personnage. C’est presque comme avoir Medhi en face de soi qui nous raconte sa vie. Un style indirect qui ne s’embête pas des fioritures. Je comprends que cela ne puisse pas convenir à tout le monde, à tous les lecteurs.

On comprend à demi-mots que Medhi se sent bloqué entre son père et sa mère. Ces deux derniers ne s’aiment visiblement plus… La vie à la maison n’est pas rose tous les jours. L’adolescent va devoir se faire ses propres expériences tout seul. Les premiers émois, les filles, les questionnements…

Je ne connaissais pas Malik Zidi avant ce roman. J’ai pu lire qu’il était acteur. Je ne regarde que très peu de films, raison pour laquelle je n’avais jamais entendu parler de lui. Ceci dit, ce n’est pas plus mal. De cette manière, je n’avais pas d’a priori, qu’il soit bon ou mauvais. Ma découverte n’en a été que plus totale.

J’ai aimé ce roman surtout à cause de sa singularité. Ce n’est pas un roman standard, facile à comprendre et facile à aborder. C’est une brève de vie, de la vie d’un adolescent qui se construit. Un adolescent qui parle de ses doutes et de ses peines…

Je vous retrouve vite pour un nouvel avis littéraire, d’ici là, belles lectures à vous,

F.