Avis littéraire : Nos résiliences, d’Agnès Martin-Lugand

Bonjour à tous,

Je suis ravie de vous retrouver aujourd’hui sur le blog pour vous parler d’un roman que vous attendiez sans doute tous. Il s’agit du tout dernier roman d’Agnès Martin-Lugand, Nos résiliences, paru le 20 mai 2020 aux éditions Michel Lafon.

Le synopsis…

« Notre vie avait-elle irrémédiablement basculé ? Ne serait-elle plus jamais comme avant ? Étrange, cette notion d’avant et d’après. Je sentais que nous venions de perdre quelque chose d’essentiel. Aucune projection dans l’avenir. Aucun espoir. Rien. Le vide. Une ombre planait désormais sur notre vie. Et j’avais peur. Mais cette peur, je devais la canaliser, l’étouffer, l’éloigner, je ne pouvais me permettre de me laisser engloutir.
Un seul instant suffit-il à faire basculer toute une vie ? »

Voici le résumé que vous pouvez trouver sur le site de l’auteur, de l’éditeur ou encore sur les autres plateformes type Babelio par exemple. Je n’en dirai volontairement pas plus, de peur de vous spolier le roman, ce qui n’est pas envisageable pour moi.

Mon avis sur ce livre…

Doit-on encore présenter Agnès Martin-Lugand ? J’en doute !

Depuis ma découverte de l’auteur il y a maintenant 5 ans, je n’ai jamais arrêté de la lire. Pourquoi ? Eh bien tout simplement parce qu’elle a cette capacité à transcrire le réel. Le cruellement réel, le quotidien, celui que nous connaissons tous. Je pense que c’est la raison numéro 1 pour laquelle nous sommes si nombreux à l’apprécier.

Ici, dans Nos résiliences, elle va parler des doutes, de l’adversité, de la vie qui n’est pas toujours belle, des imprévus aussi. De résilience en somme. Oui, le titre dit tout ou presque.

Vous allez plonger au coeur d’une charmante commune de celle où tout le monde se connait ou presque, où il doit forcément faire bon vivre, les commerçants se connaissent tous et les uns vont chez les autres tout au long de la journée.

Oui mais voilà. Malgré ce qui semble être une caricature du bonheur, il se passe quelque chose d’inimaginable. Ou en tout cas, quelque chose de cruellement banal mais qu’Ava n’aurait pas imaginé une seule seconde…

Cet événement va la forcer à prendre sur elle encore plus que d’habitude, va la pousser dans ses retranchements, jusqu’à ne plus se reconnaître…

Et si aller au plus profond de soi est une manière d’apprendre encore davantage à se connaître ?

Une fois encore, Agnès Martin-Lugand réussit à nous transporter facilement dans son histoire, un récit de ce qui pourrait arriver à n’importe lequel d’entre nous finalement. C’est vraiment ce que j’aime chez elle.

Je tiens également à vous préciser que son avant-dernier roman, Une évidence, que j’avais adoré l’année vient de paraître en poche, aux éditions Pocket. Foncez sur ces deux romans les yeux fermés…

Encore un grand merci aux éditions Michel Lafon et à la box Kube pour la magnifique réception de ce roman…

A très vite pour un nouvel avis littéraire, d’ici là, portez-vous bien les lecteurs,

F.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *