Avis littéraire : Nid de guêpes, de Rachel Abbott

Bonjour à vous !

Je reviens aujourd’hui avec un roman noir… Étonnant n’est-ce pas ? Oui, j’en lis beaucoup. C’est d’ailleurs très chouette. Ça l’est d’autant plus quand ça me permet de découvrir des auteurs dont j’ai déjà tellement entendu parler mais que je n’ai jamais lu ! Comme Rachel Abbott par exemple.

Mon billet du jour est donc consacré à son tout dernier roman paru en France le 6 février dernier, aux éditions Belfond (que je remercie encore du fond du coeur !) et qui s’intitule Nid de guêpes.

Le synopsis…

« Venin d’amour est-il mortel ? Obsession, jalousie, folie et faux-semblants… Anna est une femme bien. En tout cas, c’est ce qu’elle se raconte. Oui, elle a commis des erreurs, mais qui n’en fait pas ? Directrice d’école, mère de famille, épouse aimante, Anna a enterré son passé, reconstruit sa vie. Puis, un jour, une voix à la radio : celle de Scott, l’homme qu’elle a aimé follement ; celui qui l’a brisée et qu’elle a vu mourir quatorze ans plus tôt. Anna panique. Comment préserver son monde de mensonges si fragile ? Qui est-elle vraiment ? Et où trouver de l’aide ? Car Scott a proféré une menace : dans une semaine, il livrera les noirs secrets d’Anna au pays tout entier. Sept jours pour le traquer, le stopper, le détruire. Mais comment lutter contre un fantôme ? »

Mon avis sur ce roman…

La puissance de ce récit tient sur trois choses (selon moi, évidemment…).

Tout d’abord, le personnage d’Anna. Alors que, souvent dans les thrillers, les personnages sont faibles, acculés, presque victime avant même que leur heure sonne, ici, Anna s’avère être un personnage complexe et très intéressant. Très intéressant aussi car très bien amené par l’auteur.

On découvre rapidement qu’elle mène une double vie. Propre sous tout rapport le jour, la nuit, c’est une autre affaire. Elle est complètement double, va même jusqu’à te déguiser. Sûre d’elle, elle ressent tout de même une angoisse qui monte crescendo tout au long du roman.

D’ailleurs, et là c’est très bien fait également, le roman se dirige en journée. Il est donc très facile pour le lecteur de suivre l’évolution au fur et à mesure. Plusieurs points de vue sont adoptés évidemment. Non seulement celui d’Anna, mais aussi celui de son mari, des policiers qui mènent l’enquête…

Pour finir, et ce que j’ai trouvé remarquable dans ce roman, c’est l’urgence qui s’en dégage. La tension permanente et sous-jacente pendant toute la lecture. Le besoin de savoir et de comprendre de la part d’Anna finit par contaminer le lecteur qui se pose, lui aussi, une multitude de questions. Alors oui, on comprend mieux 100 pages avant la fin, mais ça ne m’a pas dérangé outre mesure. Je suis allée au bout de ma lecture en m’attendant de toute façon à plusieurs rebondissements !

Je n’ai donc pas été déçue une seule minute lors de cette lecture. Ce thriller psychologique « domestique » si l’on peut dire fonctionne très bien, que vous soyez adepte du genre ou totalement novice, vous pouvez y aller les yeux fermés !

Quel autre roman de Rachel Abbott me conseillez-vous pour la suite de ma découverte de l’auteur ?

A très vite pour un nouvel avis, d’ici là, portez vous bien,

F.