Avis rentrée littéraire 2020 : Mon père, ma mère, mes tremblements de terre, de Julien Dufresne-Lamy

Bonjour à tous,

J’ai le plaisir de vous retrouver aujourd’hui pour vous présenter ce roman qui était, sans aucun doute, celui que j’attendais le plus pour cette rentrée littéraire de septembre 2020. J’ai nommé celui que l’on ne présente plus (ou presque !), le dernier roman de Julien Dufresne-Lamy, Mon père, ma mère, mes tremblements de terre, paru le 20 août dernier aux éditions Belfond.

Le synopsis…

« Dans cette salle, Charlie, quinze ans, patiente avec sa mère. Bientôt, son père sortira du bloc. Elle s’appellera Alice. Durant ce temps suspendu, Charlie se souvient des deux dernières années d’une vie de famille terrassée. Deux années de métamorphose, d’émoi et de rejet, de grands doutes et de petites euphories. Deux années sismiques que Charlie cherche à comprendre à jamais.

Tandis que les longues minutes s’écoulent, nerveuses, avant l’arrivée d’Alice, Charlie raconte la transition de son père. Sans rien cacher de ce parcours plus monumental qu’un voyage dans l’espace, depuis le jour de Pâques où son père s’est révélée. Où, pour Charlie, la terre s’est mise à trembler. »

Voici le résumé que vous pouvez lire sur le site des éditions Belfond.

Mon avis sur ce roman (tant attendu donc !)…

Je me dis que ce doit être délicat d’écrire un nouveau roman après la réussite absolue de Jolis Jolis Monstres l’an dernier. Je me dis que Julien savait qu’on l’attendait au tournant. J’imagine l’état d’esprit dans lequel il devait être pendant l’écriture de ce nouveau roman. Ou bien en tout cas, j’imagine quel aurait été mon état d’esprit à sa place dans la même situation…

Et c’est un essai transformé pour Julien ! Après avoir adoré Jolis Jolis Monstres l’année dernière, j’ai particulièrement aimé Mon père, ma mère…, voire peut être même préféré d’ailleurs. Je vous explique pourquoi.

Ce dernier roman relève de l’intime, de la cellule familiale, de la place de chacun dans la famille que l’on occupe. Les liens qui nous unissent depuis toujours sont ceux que l’on connait, ils ne changeront jamais. Votre père restera votre père. Oui mais, comment ça se passe quand notre père décide de devenir une femme ? On l’appellera comment ? Et puis, les autres, ils vont dire quoi ?

Ce roman c’est ça. C’est l’histoire d’un fils va voir son père naître. Etonnant vous ne trouverez pas ? En tout cas, ce n’est pas dans l’ordre des choses. Et pour cause, ce qui se passe dans cette famille n’est pas dans l’ordre des choses. Charlie, tout au long de ce récit va nous expliquer pourquoi. Et surtout pourquoi il attend cette naissance comme celle de son propre enfant.

C’est un roman profondément humain, rempli d’amour, de bienveillance. C’est un livre qui nous apprend l’indulgence, l’écoute, l’acceptation. C’est un bouquin à mettre entre toutes les mains, aussi bien celles des vieux que celles des jeunes. C’est une histoire qui, je l’espère de tout mon coeur, voyagera, apprendra, éduquera.

Comme toujours, le récit est très scénique. Peu de personnage et chacun a son rôle à jouer. Le lecteur tourne les pages et ne s’arrête plus…

Bravo Julien, c’est si beau…

J’espère comme je le dis plus haut qu’il passera entre beaucoup de mains, j’espère qu’il passera entre les vôtres, évidemment !

Racontez-moi si vous le lisez ou si vous l’avez lu 🙂

Si j’aime à parler de ce roman, celui qui en parle le mieux c’est encore Julien lui-même !

Je vous dis à très vite pour de nouvelles chroniques, d’ici là, belles lectures et belles découvertes à vous,

F.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *