Avis rentrée littéraire 2020 : Liv Maria, de Julia Kerninon

Bonjour à tous,

Nous arrivons tout doucement à la fin de cette sélection des romans de la rentrée littéraire 2020 que j’ai eu la chance de lire. Aujourd’hui, je vous présente encore une sacrée pépite. Il s’agit du dernier roman de Julia Kerninon, paru le 19 août dernier aux éditions de L’iconoclaste et qui s’intitule, Liv Maria.

Le synopsis…

« Son nom est Liv Maria Christensen. Enfant solitaire née sur une île bretonne, entre une mère tenancière de café et un père marin norvégien. Envoyée subitement à Berlin à l’âge de 17 ans, elle tombe amoureuse de son professeur d’anglais. Le temps d’un été, elle apprend tout. Le plaisir des corps, l’intensité des échanges. Mais, à peine sortie de l’adolescence, elle a déjà perdu tous ses repères. Ses parents décèdent dans un accident, la voilà orpheline. Et le professeur d’été n’était peut-être qu’un mirage. Alors, Liv Maria s’invente pendant des années une existence libre en Amérique latine. Puis, par la grâce d’un nouvel amour, elle s’ancre dans une histoire de famille paisible, en Irlande. Deux fils viennent au monde. Mais Liv Maria reste une femme insaisissable, même pour ses proches. Comment se tenir là, dans cette vie, avec le souvenir de toutes celles d’avant ? »

Voici le résumé que vous pouvez trouver sur le site de l’éditeur. Je le trouve particulièrement bien fait puisqu’il en dit juste assez et ne dévoile pas toute l’intrigue.

Mon avis sur ce roman…

C’est un des premiers romans de cette rentrée littéraire que j’ai lu et je m’en souviens encore parfaitement à l’heure où j’écris ces lignes, plusieurs semaines après ma lecture.

Le fait est que cette histoire en général et le personnage de Liv Maria en particulier vous restera en tête pendant un sacré bout de temps.

Liv Maria, c’est une enfant d’abord, qui tient tout de ces parents. On la suit sur cette île qui devient la sienne. Puis, elle fait place à l’adolescente qui découvre le monde, et l’amour. Ensuite, la femme, qui continue à voyager et à séduire, et à aimer. Pour finir, elle devient une mère, mais aussi une belle-fille, dans une nouvelle famille.

Tout cela fait finalement partie de la vie, c’est ce que vivent bon nombre de femmes dans le Monde. Sauf que l’on sent dès le départ, dès les premières lignes, la sensibilité couplée d’une force hors du commun de ce personnage. Tantôt jeune fille fluette, puis femme fatale, la force du destin va s’abattre sur elle sans crier gare.

Au fur et à mesure des années et des rencontres, elle va se forger une carapace, un personnage. Oui mais, que deviennent tous ces fantômes des vies passées ? Ils l’ont construite, ils font partie de ce qu’elle est désormais, comment les oublier…?

C’est un sacré bouquin que nous propose là Julia Kerninon. Personnellement, je n’avais jamais rien lu de cette auteure. En y regardant d’un peu plus près, j’ai découvert d’autres textes qui pourraient énormément me plaire.

Pour terminer, je vous propose une vidéo des éditions de l’Iconoclaste où Julia Kerninon nous explique son rapport aux livres, à la littérature et sur son écriture.

J’espère que, si vous aviez en tête de lire ce roman, j’ai su vous convaincre un peu plus, dans tous les cas, n’hésitez pas à me le dire 🙂

A très vite pour un nouvel avis littéraire, d’ici là, belles lectures à vous,

F.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *