Avis littéraire : Les volontés, de Cécile Guidot

Bonjour à tous,

Je viens aujourd’hui vous parler d’un roman sorti il y a maintenant un petit moment. Il s’agit du dernier roman de Cécile Guidot, Les volontés, paru le 10 juin 2020 aux éditions JC Lattès. Avoir un blog, c’est aussi parler des romans qui ont quelques mois et, comme on le sait à peu près tous, la durée de vie d’un roman en librairie étant assez courtes, il est nécessaire de parler encore et toujours des romans même plusieurs mois après leur sortie en librairie.

Place donc à ce roman ! Je tiens à préciser qu’il s’agit en fait du deuxième tome, le premier étant Les actes, paru en avril 2019, toujours chez JC Lattès.

Le résumé…

« Claire a la trentaine, roule à moto, porte des tatouages, vit seule. Rien ne la destinait à travailler dans un office notarial, dans cet univers feutré, avec ses codes, ses affinités, ses rivalités particulières. C’est une notaire douée mais iconoclaste : sauvage, rebelle, idéaliste. Elle dénoue des affaires complexes : un neveu qui doit gérer la succession de son oncle et de sa tante et s’occuper de leurs enfants, le double divorce d’un homme bigame, une artiste qui veut déshériter son fils, une femme qui révèle au cours d’une donation l’inceste qu’elle a subi dans son enfance, un homme handicapé oublié dans une maison spécialisée, dont Claire recherche la famille. »

Voici une partie du résumé que vous pouvez retrouver sur le site de l’éditeur ou bien sur le site communautaire de Babelio par exemple.

Mon avis sur ce roman…

Comme je vous l’ai dit en introduction, ce roman est un deuxième tome. Je ne sais pas s’il y en aura un troisième. Par ailleurs, je n’ai pas lu le premier. Je ne sais pas non plus si la lecture du premier aurait pu m’aider à mieux appréhender celui-ci, mais il semble tout de même que oui.

Pourquoi ? Eh bien parce que parfois, j’ai été perdue. Je n’ai d’ailleurs pas réussi à apprécier le personnage principal, Claire, qui, pourtant, sur le papier, aurait pu terriblement me plaire.

Hors du commun, hors des codes. Ce sont en principe des personnages que j’aime voir évoluer notamment parce qu’ils nous font réfléchir. Malheureusement ici, le manque de compassion que j’ai eu envers elle n’a pas aidé.

Par ailleurs, un autre point qui m’a dérangé, c’est le manque d’histoire à suivre. En effet, j’ai eu l’impression à maintes reprises lors de ma lecture qu’il ne s’agissait en fait que d’une succession d’affaires juridiques sans grand lien entre elles. Le seul fil conducteur du roman est la mise en place de la réforme Macron qui a totalement chamboulé le monde notarial. Autrement, rien d’autre…

D’ailleurs, si vous avez lu le premier tome puis le deuxième, je suis curieuse d’avoir votre ressenti ? Avez-vous plus accroché que moi étant donné que vous aviez déjà une connaissance de l’histoire ?

Je suis vraiment peinée de cette lecture, d’autant plus qu’elle me faisait très envie ! Je crois bien que je suis tombée d’encore plus haut… et j’en suis la première désolée d’ailleurs.

Je n’ai pas grand chose d’autre à dire sur ce roman malheureusement…

N’oubliez jamais que mon avis n’est que subjectif et que, comme dans les cas où j’apprécie un roman qui ne vous a pas plu, l’inverse fonctionne aussi parfaitement 🙂

Je vous retrouve très vite pour un autre avis littéraire d’ici là, portez-vous bien,

F.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *