Avis littéraire : Les fluides, d’Alice Moine

Bonjour par ici !

Puisque la Rentrée Littéraire continue, il est temps de vous présenter un roman qui est sorti hier, jeudi 9 janvier 2020 et qui fait partie de la collection Pointillés aux éditions Belfond. Il s’agit donc du dernier roman d’Alice Moine qui s’intitule Les Fluides.

Le synopsis…

« Cet après-midi-là, Julie passe quelques heures à la piscine municipale avec Charlotte, sa fille de sept ans dont elle n’a plus la garde. Ce moment privilégié est une chance pour elle de regagner le cœur de Charlotte et elle voudrait tout bien faire. Mais, dans le bassin, ses angoisses remontent à la surface. Rien ne lui paraît plus difficile qu’être mère.
Car, depuis trois ans, Julie surnage. Un épisode du passé qu’elle a gardé secret l’a plongée dans un profond désarroi. Comment prendre soin d’un enfant quand l’horreur obsède l’âme ?
Pourtant, ce jour-là, tandis que Charlotte multiplie les prouesses dans le grand bassin, quelque chose se produit, qui va tout changer. »

Voici le résumé que vous pouvez trouver sur le site des éditions Belfond par exemple. L’espace d’un instant, d’une sortie à la piscine, nous allons assister au rapprochement d’une mère et de sa fille. D’une complicité révélée à travers un petit incident qui arrive, face à un homme qui les bouscule un peu.

C’est un signal fort que renvoie une mère à sa fille, en lui disant « je te protège, ne t’en fais pas ! ».

Mon avis sur ce roman…

Tout d’abord, parlons de ce titre que j’aime beaucoup. Les fluide. Ce mot tellement poétique. Un fluide, c’est quelque chose qui n’est ni solide, ni épais, qui coule facilement. Le roman se passe à la piscine. Chaque étape est décrite et analysée (les vestiaires, le pédiluve, le bassin) de façon à ce que Julie, la maman fasse sa propre introspection.

Un fluide c’est aussi quelque chose de limpide, qui s’écoule facilement. Un peu comme la relation mère-fille à la fin de ce roman. Les choses auront été dites. Je ne préfère pas vous en dire plus à ce niveau pour ne pas vous gâcher la lecture.

C’est un récit qui est relativement court, tout au plus de 110 pages et pourtant, il est d’une sacrée densité. J’ai pris mon temps pour le lire afin de savourer la richesse de la langue. Le choix des mots est précis, rendant le récit acéré, bien expliqué. Sans pour autant devenir larmoyant ni révélé l’intégralité. Tout est dit à demi-mot ce qui laisse le lecteur se faire sa propre progression.

Comme vous l’avez deviné, c’est une très belle lecture, un de ces romans que je relierai avec grand plaisir dans plusieurs années, peut être une fois que j’aurai découvert la maternité qui sait…

Je vous retrouve très vite pour un nouvel avis, d’ici là, à très vite,

F.

Une réponse sur “Avis littéraire : Les fluides, d’Alice Moine”

Les commentaires sont fermés.