Avis littéraire : La commode aux tiroirs de couleurs, d’Olivia Ruiz

Bonjour à tous,

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler d’un roman que vous avez sans doute vu passer sur la toile depuis sa sortie le 3 juin 2020. Attendu parce qu’écrit par une artiste reconnue, ce premier roman est très prometteur pour la suite de la carrière d’écrivaine d’Olivia Ruiz. Je vous présente donc La commode aux tiroirs de couleurs, paru aux éditions JC Lattès.

Le synopsis…

« À la mort de sa grand-mère, une jeune femme hérite de l’intrigante commode qui a nourri tous ses fantasmes de petite fille. Le temps d’une nuit, elle va ouvrir ses dix tiroirs et dérouler le fil de la vie de Rita, son Abuela, dévoilant les secrets qui ont scellé le destin de quatre générations de femmes indomptables, entre Espagne et France, de la dictature franquiste à nos jours.

La commode aux tiroirs de couleurs signe l’entrée en littérature d’Olivia Ruiz, conteuse hors pair, qui entremêle tragédies  familiales et tourments de l’Histoire pour nous offrir une fresque romanesque flamboyante sur l’exil.« 

Voici le résumé que vous pouvez trouver sur le site de l’éditeur ou bien sur le site de Babelio par exemple.

Mon avis sur ce roman…

C’est peu dire que j’attendais ce roman avec une grande impatience. Pourquoi me direz-vous ? Eh bien, Olivia Ruiz, comme beaucoup de personnes de ma génération, je l’ai connu grâce à la Star Academy, oui oui. Je pouvais m’arrêter là, mais non. J’ai acheté ses albums et certaines chansons me captivaient. Je ne peux d’ailleurs pas vous cacher que je me repasse les chansons au moment d’écrire cet article.

Toujours est-il que rien ne peut dire si l’on va aimer l’artiste à l’écrit qu’en chanson. Bien que ses paroles me parlent, je ne pouvais pas être certaine que sa plume écrite en roman me plaise tout autant.

Eh bien, je vous le dis : la poésie et la délicatesse d’Olivia Ruiz se retrouve dans son roman. Ah ça oui. J’ai été totalement conquise !

Au fil du roman, ce qui m’a surtout énormément touchée, c’est la relation forte entre la grand-mère et sa petite-fille. Forcément, les histoires de famille me touchent déjà habituellement, et là, le lien est si beau, si doux également qu’il tient tout le roman.

Cette grand-mère qui, avait tout a été une femme, une soeur, puis une aimante et enfin une mère a trouvé le moyen, après sa disparition, de continuer à distiller des conseils à sa petite-fille. Evidemment, la grand-mère avait perçu chez sa petite-fille une ressemblance ou bien encore une force toute particulière.

Ici, Oliva Ruiz raconte à merveille une histoire, comme il en a sans doute existé durant la guerre civile espagnole. Un retour aux sources, une découverte pour les lecteurs.

Je ne peux pas vous dire autrement qu’à travers cet article de le découvrir à votre tour, de le dévorer avec fureur et de vous laisser guide par la vie de Rita, cette abuela si tendre et si forte…

N’hésitez pas à me dire si ce titre vous fait envie également.

Je vous retrouve vite pour un nouvel article ici, et je vous souhaite de belles lectures et de belles vacances aux chanceux,

F.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *