Avis rentrée littéraire 2020 : Ida n’existe pas, d’Adeline Fleury

Bonjour à tous,

Un nouvel avis sur un roman de la rentrée littéraire 2020 vous attend sur le blog. Aujourd’hui, je vous parle d’un roman dont je n’ai pas beaucoup entendu parler jusque ici et c’est bien dommage. J’espère vous le faire découvrir. Il s’agit du dernier roman d’Adeline Fleury, sorti le 20 août dernier aux éditions François Bourin et qui s’intitule Ida n’existe pas.

Le synopsis…

« Une femme s’apprête à faire un voyage. Elle n’a pas besoin de bagage, elle ne part que pour une nuit. Une seule chose l’obsède : emmener Ida, sa fille de 15 mois, à la mer. C’est nécessaire, vital presque. Ida n’existe pas, Ida n’a jamais existé. Des voix ne cessent de le lui répéter. Pourtant, elle l’a porté ce bébé, serré contre elle, changé, nourri au sein. Elle l’aime d’un amour animal. Un amour comme ça, on n’y est pas préparé. C’est trop puissant un amour comme ça. »

Voici le résumé que vous pouvez retrouver sur le site de l’éditeur ou bien encore sur Babelio.

Mon avis sur ce roman…

Il m’est d’avis de ne pas vous en dire plus que le résumé ci-dessus. Pourquoi ? Eh bien parce que Ida n’existe pas est un roman court, de 140 pages environ. Inutile d’en dire plus, donc, si je veux encore pouvoir vous inviter à le lire.

Un roman court, donc. Mais tout aussi puissant. C’est d’ailleurs là toute la force d’Adeline Fleury. En quelques pages, qui vont se lire comme un souffle, elle va vous raconter l’histoire de cette femme. Son parcours, son enfance dans un autre pays, ses troubles également. On y découvrira ensuite sa relation amoureuse actuelle, de laquelle est née… Ida.

Oui mais voilà : Ida n’a jamais été déclarée.

On comprend rapidement ce qui va se passer. Plus important encore que cette intrigue, la force de ce roman se trouve dans la psychologie de cette femme. De cette maternité qu’elle ne voulait pas mais qui rappelle son passé malgré tout.

A l’heure où partout, souvent, la maternité nous apparaît comme un aboutissement de soi, ce roman nous montre que devenir maman n’est pas inné pour toutes les femmes. Que certaines n’en ont pas envie, ne se reconnaissent pas dans cette action.

La plume d’Adeline Fleury est acerbe, acérée, puissante aussi. Les mots sont précis, choisis et forment la plupart du temps une mélodie à laquelle on se laisse aller.

C’est un roman écrit à la première personne, un roman dont on ne peut se détacher puisque l’on a clairement l’impression de faire partie de cette histoire. Que cette histoire est presque la nôtre.

Je n’avais pas lu le précédent roman d’Adeline Fleury, mais j’en avais beaucoup entendu parler cette fois. Après avoir lu Ida n’existe pas, je pense me laisser conquérir par son précédent, voir si le charme agit encore une fois…

Encore un très, très bon roman de la rentrée littéraire qui va me rester longtemps dans l’esprit.

J’espère avoir pu vous faire découvrir ce livre, qui peut être, vous séduira vous aussi.

Je vous souhaite de très belles lectures et je vous dis à très vite,

F.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *