Avis littéraire : La colline à l’arbre seul, d’Abdelhafid Metalsi

Bonjour à tous,

J’ai le plaisir de vous retrouver aujourd’hui pour vous présenter le dernier roman d’Abdelhafid Metalsi, paru dans la collection La Grenade, chez JC Lattès le 7 octobre 2020. C’est parti !

Le synopsis…

« Ils ont dix ans, pas un sou en poche et vouent un culte au cinéma, aux patates à la braise et au Coca-cola.

Pour étancher cette soif de découverte et gagner quelques pièces, ces cinq débrouillards récupèrent dans une benne, métaux, cartons et bouteilles  consignées pour les revendre à un ferrailleur pas très honnête. Mais la concurrence fait rage, les Gitans et Momo le clochard se servent aussi. Alors en attendant de grandir, ils traînent dans le faubourg avec Lachance, leur chat, et s’interrogent sur l’origine du monde, sur ce couple qu’ils ont vu tout nu au sommet de la colline à l’arbre seul. »

Voici le résumé que vous pouvez trouver sur le site de Babelio par exemple.

Mon avis sur ce roman…

En voici un premier roman très intéressant ! Et surtout : en voilà des personnages hautement intéressants !

C’est le monde de la débrouille, et ces petits gars, pour s’en sortir et avoir l’impression de vivre de grandes aventures d’adulte, traînent à droite à gauche en se lançant des défis la plupart du temps. Au fond, ils sont attachants. Ils se démènent comme des adultes mais gardent l’insouciance et la naïveté des enfants.

Un jour, ils rencontrent Momo le clochard. Au début, ils en ont peur, et puis, petit à petit, ils deviennent convaincus que Momo sera une sorte de guide. Celui qui pourra tout leur apprendre, les trucs de grand, les trucs d’adultes.

Ils vont en avoir des aventures tous ensemble. A cela, va s’installer une guerre avec la bande voisine, et puis une autre avec les gitans.

Ce qui est certain en tout cas, c’est que, les petits gamins que l’on rencontre, nous lecteur, au début du roman, ne sont définitivement plus les mêmes à la fin dudit roman. Et avec eux, nous avons aussi un peu grandit tant ils font preuve d’humanité tous ensemble… Ils sont lucides sur le monde qui les entoure, sur les relations humaines également. Finalement, ils veulent devenir de vrais petits adultes mais voient déjà bien plus de choses que les adultes eux-mêmes.

Je vous l’ai déjà dit mais, ce que j’aime particulièrement avec les premiers romans, c’est de pouvoir capter la sensibilité de l’auteur dès les premières pages, c’est l’impression aussi d’une promesse nouvelle. J’ai été très agréablement surprise par cette plume qui s’adapte parfaitement selon le personnage et ses péripéties. C’est un roman d’une jolie tendresse, d’une subtile humanité aussi, que je ne peux que vous inviter à découvrir…

N’hésitez pas à me dire s’il vous tente, et si c’est le cas, vous auriez bien raison d’ailleurs.

A très vite pour un nouvel article, d’ici là, portez-vous bien,

F.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *