Avis littéraire : Ces petits riens qui nous animent, de Claire Norton

Bonjour à tous,

J’ai le plaisir de vous retrouver aujourd’hui. Parfois, les chroniques se suivent, parfois, je prends un peu de retard. Ce qui est certain, c’est qu’en ce moment, j’ai beaucoup de temps pour lire, et je ne m’en plains absolument pas !

Dernièrement, j’ai terminé le dernier roman de Claire Norton, Ces petits riens qui nous animent, paru le 11 juin 2020 aux éditions Robert Laffont. Découverte de cette auteure et ce qui est certain, c’est que je ne vais pas m’arrêter là !

Le synopsis…

« Ce matin-là, Aude est venue trouver refuge au parc des Buttes-Chaumont après avoir découvert l’infidélité de son mari.
Alexandre, lui, est contraint de faire un choix entre son grand amour et sa famille.
Quant à Nicolas, il s’inquiète des motifs qui ont poussé son frère à annuler le rendez-vous qu’ils avaient ensemble dans ce même parc.
Chacun plongé dans ses propres tourments, Aude, Alexandre et Nicolas débouchent en même temps sur le pont qui mène à l’île du Belvédère. Face à eux, une adolescente suspendue dans le vide menace de sauter. Portés par un même élan, sans réfléchir, ils se précipitent tous les trois pour la retenir.
Aucun d’eux n’imagine alors combien ce geste va profondément transformer leur vie.
Car ce sauvetage a un prix : celui de la promesse qui les lie désormais… »

Voici le résumé que vous pouvez trouver sur le site des éditions Robert Laffont.

Mon avis sur ce roman…

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, je ne vais pas non plus garder le suspens plus longtemps : j’ai totalement adoré cette histoire ! Voilà, c’est dit !

Plus sérieusement, c’est une très jolie histoire que nous propose là Claire Norton. Il n’y a rien d’extraordinaire et c’est justement ça que j’ai apprécié. Pas besoin d’en faire des tonnes ici, tout fonctionne à merveille !

Selon moi, et c’est ce qui, je crois à contribuer très largement à mon appréciation du roman, ce sont les personnages. Parfois, dans nos lectures, il y en a un qui apprécie moins qu’un autre. Un qui nous apparaît plus fade, plus effacé ou pénible. Ici, ce n’est pas le cas ! Chacun a sont petit quelque chose qui apporte à l’histoire. Chacun a sa propre sensibilité et sa propre quête personnel qui va venir alimenter le récit.

Ce que j’ai aussi particulièrement apprécié, c’est l’épilogue. C’est peut être bête à dire mais j’aime quand les auteurs ne nous laissent pas en plan, à nous faire nos propres suites. L’histoire se termine, c’est une chose, mais on a encore plaisir à retrouver les personnages quelques semaines plus tard. La boucle est ainsi bouclée et c’est un sentiment que j’apprécie en tant que lectrice.

Honnêtement, on peut penser que 460 pages c’est beaucoup, ça peut même faire peur, j’en conviens. Mais, entre nous, si vous pensez que ce roman va vous tenir une semaine alors que vous serez en vacances au bord de la piscine ou à la plage cet été, vous vous trompez royalement : vous allez le dévorer, j’en suis certaine !

J’ai déjà hâte de lire vos ressentis sur cette lecture 🙂

Je vous retrouve très vite pour un autre avis littéraire, d’ici là, portez-vous bien,

F.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *