Avis littéraire : Ce que tu as fait de moi, de Karine Giebel

Bonjour à tous,

Je vais avoir du mal à vous parler du roman que je viens vous présenter aujourd’hui. Je vais avoir du mal parce que, malgré sa noirceur sous-jacente, ce roman m’a complètement chamboulé…

Il s’agit du dernier roman de Karine Giebel, Ce que tu as fait de moi, paru le 21 novembre 2019 aux éditions Belfond.

Le synopsis …

Je vous mets ci-dessous le résumé même si, de mon côté, je ne l’ai pas lu avant de lire le roman. C’était totalement volontaire. J’avais déjà pas mal entendu parler de Karine Giebel, je n’avais jamais rien lu d’elle et je voulais réellement me faire mon propre avis sur son travail.

« Personne n’est assez fort pour la vivre.
Personne n’est préparé à l’affronter, même si chacun la désire plus que tout.
La passion, la vraie…
Extrême.
Sans limites.
Sans règles.

On se croit solide et fort, on se croit à l’abri. On suit un chemin jalonné de repères, pavé de souvenirs et de projets. On aperçoit bien le ravin sans fond qui borde notre route, mais on pourrait jurer que jamais on n’y tombera. Pourtant, il suffit d’un seul faux pas. Et c’est l’interminable chute.
Aujourd’hui encore, je suis incapable d’expliquer ce qui est arrivé. Si seulement j’avais plongé seul…
Cette nuit, c’est le patron des Stups, le commandant Richard Ménainville, qui doit confesser son addiction et répondre de ses actes dans une salle d’interrogatoire. Que s’est-il réellement passé entre lui et son lieutenant Laëtitia Graminsky ? Comment un coup de foudre a-t-il pu déclencher une telle tragédie ?
Si nous résistons à cette passion, elle nous achèvera l’un après l’autre, sans aucune pitié.
Interrogée au même moment dans la salle voisine, Laëtitia se livre. Elle dira tout de ce qu’elle a vécu avec cet homme. Leurs versions des faits seront-elles identiques ?
Si nous ne cédons pas à cette passion, elle fera de nous des ombres gelées d’effroi et de solitude.
Si nous avons peur des flammes, nous succomberons à un hiver sans fin. »

Mon avis sur ce roman…

Je ne vais pas y aller par quatre chemins : ce roman est le meilleur thriller psychologique que j’ai pu lire cette année ! Ni plus, ni moins !

C’est mon tout premier Karine Giebel et sans doute pas le dernier. J’ai été bluffée, totalement happée par l’intrigue.

L’auteur arrive à exploiter tous les méandres psychologiques, à s’immiscer dans les moindres recoins des sentiments humains tout en créant une intrigue palpitante. Palpitante tout simplement parce que, tout au long de notre lecture, nous savons que quelque chose de grave s’est produit, nous ne savons juste pas quoi. Cette tension est palpable, l’écriture est hachée, on sent la nécessité de raconter.

La construction joue aussi beaucoup dans la réussite de ce roman. La voix est tantôt donné à Richard Ménainville, tantôt à Laëtitia Graminsky. Certains diront que le roman manque de crédibilité car, comment est-ce possible que les deux personnes arrivent à raconter la même chose au même moment ? Oui, c’est vrai, peut être que dans la réalité, cela ne se produirait sans doute jamais. Mais nous sommes dans le cadre de la fiction et ce simple fait procure un sentiment de connexion très forte entre les deux protagonistes.

Puisque finalement, avant même l’enquête et l’intrigue, le plus intéressant ici pour moi, c’est la passion. Celle qui est totalement destructrice, celle que peu d’entre nous, pauvres mortels, allons connaître une fois dans notre vie. Celle qui nous rend fou. Fou d’amour, fou de désir, fou à mourir, fou à se condamner.

Vous l’aurez compris, je vous conseille grandement, vivement, follement de lire ce roman dont vous ne ressortirez pas indemne…

A très vite pour un nouvel avis littéraire, d’ici là, belles lectures à vous,

F.